“Il faut rebâtir une société humaine où la compétition sera éliminée. Je n’ai pas à être plus fort que l’autre, je dois être plus fort que moi grâce à l’autre.” Albert Jacquard

L'Humeur
  • PROCRÉER, OU PAS
  • 23 août 2019
  • C’est peut-être un hasard ; peut-être qu’il ne faut pas généraliser et peut-être que j’ai tort d’en faire un billet d’humeur, mais quand même… je rencontre de plus en plus de jeunes femmes sans enfants, par choix pour ne pas infliger ce monde à un jeune (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 23 août 2019
  • Le chômage baisse dit Macron. Même pas vrai, répond une kyrielle d’économistes, statisticiens, syndicalistes... et autres empêcheurs d’en marcher en (...)

  • Lire la suite

Finance

record de dividendes versés en france : merci Macron !

vendredi 23 août 2019 , 227 : visites , par LDA

Au deuxième trimestre, dans le monde, les actionnaires ont empoché 513,8 milliards de dollars. Un nouveau record. Les entreprises françaises se sont montrées très généreuses. Une “performance” qui doit beaucoup à l’allègement de l’imposition en 2018, avec la “flat tax” d’Emmanuel Macron

L’indécence n’a plus de limites. Après un record l’an dernier, les dividendes mondiaux n’en finissent pas de grimper, atteignant au 2ème trimestre, 513,8 milliards de dollars (462,93 milliards d’euros), selon une étude menée par le fonds de gestion Janus Henderson Investors. Bien que ces chiffres astronomiques donnent le vertige, cette nouvelle salve est toutefois révélatrice du ralentissement économique mondial. D’autant que «  les dividendes sont un indicatif tardif de la santé des sociétés  », explique le fonds, dont le portefeuille d’actifs est de 316 milliards d’euros. Après une progression de 14,3%, au deuxième trimestre de l’an dernier, et de 7,8% au premier trimestre, le 1,1% de croissance enregistré d’avril à juin montre que la rémunération du capital financier marque sérieusement le pas, en enregistrant son taux « le plus faible en plus de deux ans », alors que, depuis 2015, les dividendes mondiaux du deuxième trimestre n’ont cessé de croître. Mais les détenteurs français de capitaux ont encore largement de quoi se frotter les mains.

51 milliards $ aux actionnaires français

La France est «  de loin » le pays d’Europe où les rentiers sont les mieux servis. Au bord de la récession, pénalisée par la faiblesse de l’euro face au dollar - les effets de change ayant entraîné une baisse de 2,9 points des dividendes mondiaux -, l’Europe est «  particulièrement touchée  ». Et même si les actionnaires empocheront près de 170 milliards de dollars (153 milliards d’euros), les dividendes affichent une chute de 5,3%, contre une hausse de 9,2% au premier trimestre. En Allemagne, alors que l’activité a viré au rouge, plusieurs constructeurs automobiles allemands, BMW et Daimler en tête, dont les bénéfices ont été affectés par la morosité du secteur, ont réduit leur distribution de dividendes. Mais la France fait figure d’exception : 51 milliards de dollars versés aux actionnaires et une croissance de 3,1% contre 1,1% pour le reste du monde. Une “performance” qui tient à l’allégement de l’imposition sur les dividendes avec la mise en place, en 2018, d’un taux unique : la flat tax, à 30%. Mesure qui a fortement incité les chefs d’entreprises à verser d’avantage de dividendes. Par exemple, pour 10 000 euros de dividendes, l’actionnaire en perçoit 7 000 euros désormais après taxation, contre 5 980 euros en appliquant le système d’imposition progressif d’avant 2018. Autant dire que vu le montant des dividendes versés, Macron a creusé, ici encore, un joli trou dans les caisses de l’État.

“Vers un nouveau record” en 2019

La “décélération” de l’économie mondiale n’aura donc pas eu raison de la générosité des entreprises à l’égard de leurs actionnaires. Parmi les groupes français les plus généreux figurent Total, Sanofi, BNP Paribas, LVMH, Hermès, Kering ou L’Oréal. Les entreprises du CAC40 ont reversé, en 2018, 46% de leurs bénéfices à leurs actionnaires et les trois quarts des sociétés françaises prises en compte par cette analyse ont accru leurs versements par rapport à l’année dernière. Depuis 2015, les dividendes mondiaux du second trimestre n’ont cessé de croître. Ils « ont augmenté de façon extrêmement rapide au cours des deux dernières années et le ralentissement auquel nous assistons n’est donc pas une source d’inquiétudes », rassure-t-on du côté Janus Henderson, qui maintient ses prévisions inchangées, avec un montant record pour 2019 de 1 430 milliards de dollars de dividendes. Alors que vient de s’ouvrir la rencontre du G7, ces chiffres pointent « les politiques qu’il faut transformer aujourd’hui pour financer l’intérêt général plutôt que rémunérer les actionnaires  » et qui encouragent les versements de dividendes, notamment au détriment des salaires, estime un représentant d’ONG.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|