Recommander aux pauvres d’être économes, c’est chose à la fois grotesque et insultante. Cela revient à conseiller à un homme qui meurt de faim de manger moins.” Oscar Wilde

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 12 avril 2019
  • On est étonné, ou plutôt abasourdi, d’apprendre que Netanyahou annonce vouloir annexer totalement les colonies israéliennes en Palestine. La tactique d’Israël a été d’occuper systématiquement des ilots de terre fertiles dans ce pays qui est devenu un (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 12 avril 2019
  • Castorama a bien sûr touché le CICE. Ce qui ne l’a pas empêché, début 2018 de délocaliser en Pologne ses services administratifs, avec une charrette de (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > Avril 2019 > La dépêche N°1542 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

la faute des autres

vendredi 12 avril 2019 , 50 : visites

Castorama a bien sûr touché le CICE. Ce qui ne l’a pas empêché, début 2018 de délocaliser en Pologne ses services administratifs, avec une charrette de 400 suppressions d’emplois.

Casto et Brico Dépôt vont mal, selon le groupe Kingfisher, propriétaire des enseignes. Qu’on en juge : 809 millions d’euros de bénefices à l’exercice clos fin janvier au lieu des 811 millions « attendus par les analystes  ». La cata pour un groupe qui vante la « croissance [...] de sa marge brute, du bénéfice et du rendement du capital ‘à moyen terme’  ». Pas de bol pour Casto qui avait «  pour l’exemple  » décapité quelques chefs au motif d’impéritie. Pas de pot non plus en Pologne : la déloc’ a du mou dans la corde à noeuds.

Règle d’or des actionnaires : quand les bénéfices boient la tasse, les salariés trinquent. Neuf magasins Casto et deux Brico Dépôt vont être fermés : plus de 800 postes supprimés sur l’air d’« on va se décarcasser pour éviter les licenciements secs ». Carrefour le chante aussi avec sa dernière annonce en date de 1 500 suppressions de postes. La raison des mauvais chiffres, explique le propriétaire Kingfisher : « l’impact des mouvements sociaux  » en France. C’est la faute au Gilets jaunes, rouges... et aux va-nu-pieds de tout acabit. L’intox fait aussi recette au gouvernement et parmi ses franchisés de tout poil. Les mouvements sociaux étouffent l’économie et coûtent la peau des fesses aux contribuables. Un économiste expliquait récemment que leur impact global était de 0,1% du PIB ; chiffre confirmé par un institut de statistiques, mais couvert par le bruit des sirènes fin-dumondistes de la macrosphère. On sait - a minima - combien coûtent la fraude patronale et les aides publiques à fonds perdus. Mais c’est une autre histoire. Quand un patron licencie, c’est toujours la faute des autres.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|