“Priver un individu de ses droits fondamentaux, c’est d’abord le priver de la capacité du politique.” Hannah Arendtquet

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 8 mars 2019
  • Avec du vieux, on ne fait pas toujours du neuf. Un récent débat sur l’égalité entre les hommes et les femmes a mis l’école en accusation. Ben voyons, les salaires, l’accès aux postes à responsabilité dans le privé comme dans le public, c’est la faute à (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 8 mars 2019
  • Les « terroiristes » sont parmi nous. Intégristes de la production locale, idolâtres du terroir producteur. Si c’est local, c’est bon et même (...)

  • Lire la suite

DE GUY CURE

faillites en série

vendredi 8 mars 2019 , 4 : visites

Avec du vieux, on ne fait pas toujours du neuf. Un récent débat sur l’égalité entre les hommes et les femmes a mis l’école en accusation. Ben voyons, les salaires, l’accès aux postes à responsabilité dans le privé comme dans le public, c’est la faute à l’école si ce n’est pas mieux, et c’est donc la faute aux femmes qui sont majoritaires à y enseigner.

Il y a quelques jours déjà, à l’occasion du rassemblement contre l’antisémitisme, la presse locale sous-titrait : « la faillite de l’école  ». Jusqu’à quel point l’école est-elle libératrice : le débat nous rajeunit. En réalité, les enseignants ont appris l’humilité quant à leur influence : leurs opinions politiques ou sociétales n’ont aucune répercussion sur l’engagement et les votes de leurs anciens élèves. Y a-t-il moins d’antisémitisme et plus de générosité et de manifestations d’amour du prochain chez les adultes qui sont passés par l’enseignement catholique ? Poser la question est au moins apporter un début de réponse. L’arrogance de Benalla et le manque d’esprit critique des EnMarcheurs à son égard, ce serait aussi la faillite de l’école ?

Ce système social qui nie les valeurs de justice, de solidarité et de fraternité, une autre faillite de l’école ? Dans un monde brutal, les brutes paradent et ceux qui ne veulent pas les voir regardent ailleurs.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|