Vous êtes communiste et pourtant vous utilisez Facebook ?
- Vous êtes bien éditorialiste au Figaro et pourtant vous vous soignez grâce à la Sécu.” Ian Brossat répondant à un journaliste du Figaro

L'Humeur
  • ÇA VAUT PAS
  • 8 février 2019
  • Macron renoue avec la tradition du bon roi qui ne savait pas et s’enquiert des misères de son peuple. Dans une mise en scène sobre, qui met le héros en valeur, le spectacle est bien huilé et bénéficie d’une large diffusion. Au coeur de l’action et au (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 8 février 2019
  • « Choose France », choisissez la France. C’était le slogan du raout, récemment organisé à Versailles par Macron. Les grands patrons, comme autrefois les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > Février 2019 > La dépêche N° 1533 > Romilly-sur-Seine - Budget 2019

Un oeil sur l’actualité sur département

Romilly-sur-Seine - Budget 2019

social et associations : toujours à la portion congrue

vendredi 8 février 2019 , 228 : visites , par Rémi

Le Conseil municipal de Romilly a examiné, le 2 février dernier, les orientations budgétaires 2019. Les élu.e.s communistes et partenaires estiment qu’il y a lieu “d’améliorer très sérieusement les orientations” présentées, jugeant que “des possibilités existent” pour y parvenir.

Sans surprise, le maire de Romilly-sur-Seine et la majorité qui le soutient serrent toujours leur droite sur la route qu’ils ont tracée. Le débat budgétaire, intervenant au moment où ils s’expriment de manière durable par des manifestations et des mobilisations de nombreux secteurs du privé et du public, on aurait pu espérer que la colère et le ras-le-bol qui grondent soient entendus par Éric Vuillemin. L’« Acte V » budgétaire en préparation pour 2019 reste sur le fond politique au même calibrage, à quelques détails près, que les quatre précédents du mandat en cours. « Je ne serai certainement pas l’homme du passif », s’est-il targué, en butte aux critiques de l’opposition communiste. C’est assurément aller un peu vite en besogne. Car en matière sociale, le maire LR de Romilly a un passif chargé. Et force est de constater que la politique sociale communale est devenue le parent pauvre de ses choix politiques, alors qu’il y aurait tant à faire. Les baisses de subventions à la vie associative ont porté un rude coup au dynanisme romillon, longtemps pris en exemple dans ce domaine, et les hausses tarifaires de services municipaux, comme la restauration scolaire, entre autre, en ont porté un autre au porte-monnaie des romillons, pour ceux du moins qui n’ont pas dû se résoudre, faute de moyens, à y renoncer.

"Il n’y a pas que l’État qui s’attaque au service public"

« Force est de constater que globalement vous persistez dans la même voie. Comme si de rien n’était. Nous avons beau chercher, nous ne voyons pas les mesures nouvelles qui seraient de nature à beaucoup mieux répondre aux besoins diversifiés de notre population  », a déclaré Fethi Cheikh qui intervenait sur cette question au nom du groupe communiste et partenaires. « Si l’on tient compte de l’ensemble des décisions prises au plan municipal depuis le début du mandat (en terme de fiscalité, de hausses des tarifs municipaux, de diminution des subventions aux associations... et au plan communautaire (doublement du taux des taxes d’habitation et foncière en 2017), ce qui a été pris dans les poches des romillons est très loin d’être compensé. Loin s’en faut ! » De plus, d’autres mesures sont préoccupantes. En effet, sont aussi programmés pour 2019 une réduction continue du nombre d’agents communaux, la poursuite de l’externalisation d’un certain nombre de services et le recours à des prestataires de services ; « ce qui montre qu’il n’y a pas que l’État qui, concrètement, s’attaque au service public », a estimé l’élu communiste, pour qui « malgré les difficultés du moment, des possibilités existent pour une politique municipale permettant un meilleur accès aux services municipaux », et qui a conclu son intervention en espérant « que le temps qui nous sépare du vote du budget sera mis à profit pour améliorer très sérieusement les orientations qui nous sont présentées. »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|