“Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir ensemble comme des idiots.” Martin Luther King

L'Humeur
  • L’HUMEUR DE MALICETTE
  • 18 janvier 2019
  • Quand la France accueillit les réfugiés espagnols, le 7 février 1939, on en fourra 1 500 aux Hauts-Clos qui n’étaient pas encore un hôpital. La Tribune de l’Aube de droite et le Petit Troyen, radical, eurent des larmes d’émotion pour parler des mères (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 18 janvier 2019
  • Le 10 janvier à l’aube, une dizaine d’hommes du RAID s’est rendue à Pont-à-Mousson, au domicile d’un homme « soupçonné d’avoir participé à des violences (...)

  • Lire la suite

L’HUMEUR DE MALICETTE

LA LANGUE HONNIE

vendredi 18 janvier 2019 , 39 : visites

Quand la France accueillit les réfugiés espagnols, le 7 février 1939, on en fourra 1 500 aux Hauts-Clos qui n’étaient pas encore un hôpital. La Tribune de l’Aube de droite et le Petit Troyen, radical, eurent des larmes d’émotion pour parler des mères et de leurs enfants entassés dans les sous-sols de la grande bâtisse inachevée. Mais dans les mêmes articles, la Tribune expliquait :« Il a fallu brûler la paille où ils ont couché et continuer à les surveiller étroitement pour éviter aussi la propagation des maladies contagieuses. Et puis cette compassion n’est pas gratuite. Elle nous coûte cher.  » Le racisme n’a pas changé de langue. On a enfermé les Espagnols dans des camps. On laisse mourir 100 000 migrants en mer avec les mêmes slogans : prix, contagion. La langue du fascisme est la même partout et toujours.

Pour faire passer la violence des politiques actuelles, il y a la langue de bois ; celle des détournements de langage qui masquent l’incompétence, mais plus crûment la volonté de nuire. Il y a un ton doucereux, des euphémismes sucrés. C’est la langue de la prudence et de la ruse. C’est une langue oppressive qu’on ne veut plus entendre. Hier, la ministre de la santé parlait des Ehpad. Il n’y a pas assez de personnels et ils ne sont pas assez payés, disait la journaliste. La ministre répondit que la télémédecine allait améliorer grandement leur sort. C’est la langue du détournement et de l’escroquerie.

L’histoire nous montre l’extrême fréquence de la langue de bois et sa perversité. On devrait l’apprendre à l’école comme on apprend l’allemand ou l’espagnol. On espère qu’avec le réveil de la contestation, cette langue devienne une langue morte.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|