“Disparaissez enfin, révoltantes distinctions de riches et de pauvres, de grands et de petits, de maîtres et de valets...” Manifeste des Égaux (1795)

L'Humeur
  • de MALICETTE
  • 11 novembre 2018
  • Le 11 novembre, nous fêtons le centenaire de l’armistice. Durant la Grande Guerre, nous apprend Christophe Lucand, historien invité par l’UPOPAube, les poilus consommèrent environ 50 millions d’hectolitres de vin. Cette boisson miraculeuse eut le don (...)

  • Lire la suite

de MALICETTE

dimanche 11 novembre 2018 , 35 : visites

Le 11 novembre, nous fêtons le centenaire de l’armistice. Durant la Grande Guerre, nous apprend Christophe Lucand, historien invité par l’UPOPAube, les poilus consommèrent environ 50 millions d’hectolitres de vin. Cette boisson miraculeuse eut le don d’anesthésier, de griser, de donner la force pour se battre, la force de tuer, de tuer le cafard et le boche, ennemi juré de la patrie. Il anéantissait aussi le sens critique et, dans une guerre, le sens critique est un acte de haute trahison. Autant dire que le vin fut un allié sûr.

Mais le plus extraordinaire, c’est la propagande qui fut alors utilisée, pratiquée de sang-froid par la médecine et par le gouvernement. On affirma contre toute raison que le vin était une boisson saine, hygiénique (Pasteur ne l’avait-il pas affirmé ?), antimicrobienne et même… nourrissante !

On sait maintenant les dégâts que le vin occasionna : délires, hallucinations, folies diverses et inguérissables. Et je ne parle pas de l’inconscience procurée par la boisson qui jetait les hommes rendus abrutis au devant de la mitraille.

L’État prend maintenant l’habitude de s’excuser pour les crimes commis le long de notre histoire (Vichy, Algérie, Nouméa). Continuons. Qu’il demande donc pardon pour toute de cette jeunesse sacrifiée et qu’il condamne enfin tous ces généraux qui moissonnèrent sciemment tant d’espérance. Une bonne mesure serait déjà d’arracher Joffre, Foch, Mangin, des plaques de nos rues et de les remplacer par celles de tous nos artistes et savants qu’ils envoyèrent à l’abattoir.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|