“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • de MALICETTE
  • 11 novembre 2018
  • Le 11 novembre, nous fêtons le centenaire de l’armistice. Durant la Grande Guerre, nous apprend Christophe Lucand, historien invité par l’UPOPAube, les poilus consommèrent environ 50 millions d’hectolitres de vin. Cette boisson miraculeuse eut le don (...)

  • Lire la suite

EUPOEENNES 26 MAI 2019

dimanche 11 novembre 2018 , 151 : visites

« Nous voulons une liste qui puisse porter, au nom des mobilisations sociales et des Français qui souffrent, toutes leurs attentes au niveau européen. Les combats au plan européen sont nécessaires pour empêcher le dumping social, la guerre du tous contre tous. Pour cela, il faut une liste large. Nous sommes disponibles pour la construire avec toutes les forces sociales, toutes les personnalités de la gauche », avait déclaré le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, lors de la désignation par les instances communistes de Ian Brossat. Pour porter cette démarche, l’élu parisien s’est entouré d’une équipe comptant notamment les députés européens sortants, Patrick Le Hyaric, Marie-Pierre Vieu et Marie-Christine Vergiat, les sénateurs Éric Bocquet et Cécile Cukierman, le syndicaliste Gilbert Garrel, le maire de Grigny, Philippe Rio, le président du groupe GDR de l’Assemblée nationale, André Chassaigne, la responsable Europe du PCF, Anne Sabourin, la secrétaire générale du MJCF, Camille Lainé, et la militante féministe et antiraciste, Mina Idir...

Ayant annoncé, mi-septembre, qu’il ne se résolvait pas « à l’état de dispersion de la gauche », Ian Brossat a proposé de travailler à des points d’accord sur des dossiers tels que les délocalisations, le travail détaché, la rémunération du travail, le pouvoir d’achat, les retraites... questions qui « intéressent les Français  ».

Animé par cette volonté, il a donc écrit à Benoît Hamon (Génération-s), Olivier Besancenot (NPA), Jean-Luc Mélenchon (LFI), David Cormand (EELV) et Emmanuel Maurel :

« [...] Dans notre pays, la défiance à l’égard d’Emmanuel Macron n’a jamais été aussi grande. Le gouvernement choisit de l’ignorer et de poursuivre à marche forcée sa politique de démantèlement de nos services publics et de notre protection sociale. Privatisations, réformes des retraites, attaque contre la Sécurité sociale : c’est l’identité de notre pays et notre modèle de société qui sont remis en cause.

À l’échelle européenne, le rejet des politiques libérales engendre une montée inquiétante de l’extrême- droite qui instille partout son venin raciste et xénophobe. Dans ce contexte lourd de menaces, il nous appartient de dépasser l’état de dispersion qui est celui de la gauche aujourd’hui. Une telle situation me paraît d’autant plus regrettable qu’un nombre croissant de nos concitoyens se mobilisent partout à travers notre pays. Dans les marches pour le climat, les mobilisations en faveur des réfugiés, les mobilisations sociales, ils nous disent leur aspiration grandissante à une issue progressiste. Nous nous retrouvons d’ailleurs très régulièrement ensemble lors de ces mobilisations. Des débats nous traversent, c’est vrai. Pour autant, je suis profondément convaincu que nous avons beaucoup à gagner à nous parler pour construire des perspectives communes [...]. » “Faire de la politique

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|