“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • LES PETITS SOUS
  • 26 octobre 2018,
    par Malicette
  • Agnès Buzin a rendu visite à l’hôpital de Troyes pour tenter de lui redonner la santé. Elle a constaté qu’aux urgences, il y avait moitié moins de personnel que nécessaire (16 contre 40). On s’est dit, il y a des solutions. Il suffit d’avoir un peu (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 26 octobre 2018
  • Geoffroy Roux de Bézieux, descendant d’une famille lyonnaise anoblie en 1769, a grandi à Neuilly-sur-Seine. Longtemps légionnaire, son père a fini (...)

  • Lire la suite

Transports

compétitivité : -1 000 emplois à la ratp

vendredi 26 octobre 2018 , 130 : visites

Dans la perspective de l’ouverture à la concurrence la RATP prévoit de supprimer mille postes pour gagner en compétitivité.

D’ici 2024, l’opérateur de transports francilien, va opérer sans anesthésie sa masse salariale, pour se placer sur les rangs avec ses futurs concurrents, notamment Keolis ou Transdev. Ce plan concernerait particulièrement les fonctions « support » (marketing et commercial, ressources humaines, achats, système d’information, finances...), où 350 emplois de ce secteur seraient touchés. Représentant aujourd’hui 20% des charges financières, l’entreprise publique souhaite abaisser à 17% le ratio, arguant que celui-ci ne pèse que 15% chez ses concurrents. La RATP compte économiser 121 millions d’euros par an, à quoi s’ajoutent les 2% de productivité que l’entreprise impose chaque année. Ce « plan social déguisé », comme qualifient des syndicalistes la politique de la direction, a déjà vu la perte de mille emplois en dix ans à la maintenance et des embauches à l’exploitation « deux fois en-dessous des besoins  ». Les syndicats craignent de plus que l’ouverture à la concurrence se traduise par une dégradation des garanties collectives. Quant aux usagers, auxquels on ne demande évidemment pas d’avis, l’arrivée du privé augure mal des services rendus et de leurs tarifications futures.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|