“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 19 octobre 2018
  • Partager le gâteau ? Mais il faudrait en avoir un ! La lapalissade vérité d’une évidence niaise, nous dit Larousse - est sortie en juillet de la bouche de Macron. Bientôt micron, à suivre les sondages. Le féal Bruno Le Maire, ministre des patrons, l’a (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Octobre 2018 > n° 1517 du 19/10/2018 > Contrat local de santé

Contrat local de santé

L’austérité en remède

vendredi 19 octobre 2018 , 192 : visites

Troyes Champagne Métropole a présenté son Contrat local de santé. En fait, une simple déclinaison du schéma régional de santé, dont le fil conducteur est la poursuite d’une politique d’austérité et de diminution du service public !

Le tout sous couvert d’un verbiage de qualité des soins, d’efficience... qui ne trompe plus personne, notamment dans L’Aube. Et pour cause. Dans le concert d’exaspération des personnels soignants, médecins urgentistes en tête, qui se fait entendre partout en France, celles et ceux de l’hôpital de Troyes, fraîchement rebaptisé Simone-Veil, ont apporté leur voix. Dénonçant le manque de personnel et de moyens matériels, les urgentistes de l’hôpital de Troyes (classé récemment en 15ème place des urgences les plus saturées de France) s’étaient sentis obligés de distribuer aux personnes attendant leur tour sur des brancards un “mot d’excuse”. Et de démissionner dans la foulée. Interpellé à cette occasion, François Baroin fit étalage de sa consternante impuissance. En mai dernier, le député PCF Alain Bruneel, venu écouter les témoignages du personnel soignant de l’hôpital, se chargea d’ailleurs de lui rappeler : « qu’il avait bien aidé à la mise en place des diverses politiques qui ont mené l’hôpital où il en est aujourd’hui. Ayant été de tous les gouvernements qui ont voté les réformes successives des politiques de santé  ».

Politique mortifère

Autant dire qu’il n’y avait rien de transcendant à attendre de ce plan local de santé en terme de moyens prenant le contrepied de la politique actuelle d’austérité. Juste l’amer constat de l’augmentation du nombre de décès du cancer ; 5% de plus que la moyenne nationale ; d’un nombre d’affections de longue durée plus élevé qu’au niveau national pour le diabète de 11% et d’un certain nombre de cas démontrant une situation préoccupante, pour les jeunes et les personnes âgées, ainsi qu’une inégalité criante sur l’offre de soins entre les communes de l’agglomération troyenne et les communes rurales de TCM. Ce qui n’a pas manqué d’interpeller l’élue communiste Anna Zajac, qui a mis en garde contre cette politique mortifère, qui vise à adapter la « demande à l’offre, plutôt que de répondre aux besoins des populations. Avec ce plan local pour la santé, il s’agit malheureusement de laisser libre court à l’initiative privée, plutôt que développer le service public, que ce soit dans la santé ou le social, continuer les regroupements hospitaliers au détriment de la proximité, en élargissant le champ du “toujours plus grand, mais plus loin” » aux laboratoires, maisons de retraites... avec quelques mots-clés : télémédecine, ambulatoire, innovation. L’humain disparaît sur l’autel des économies. »

Les bons soldats

Concernant la santé environnementale, le Plan régional de santé est particulièrement indigent, en proposant de «  mettre en place un programme de sensibilisation sur les perturbateurs endocriniens, notamment en direction des femmes enceintes… », sans même évoquer une alimentation plus saine ou des cosmétiques moins toxiques, en intervenant auprès des industriels. Et renvoyant donc vers la responsabilité individuelle, avec tout ce que cela comporte d’inégalités sociales et culturelles ! Le Plan local de santé fait mieux. Il ne cite ni les perturbateurs endocriniens, ni même le glyphosate, dont le département l’Aube est un de ceux qui en utilisent le plus ! Avec ce Plan local de santé, nous avons en fait la mise en oeuvre par les élu-es locaux (en bons soldats) de la politique libérale du gouvernement.

J P CORNEVIN

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|