“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 11 octobre 2018
  • Gérard Streiff écrivit il y a quelques années une pièce, “Camarade Duras”, qui raconte l’exclusion de la romancière du Parti Communiste. Ce n’est pas tant l’histoire de l’écrivain dont il s’agit mais de la soviétisation du parti et du culte de la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Octobre 2018 > N°1516 > Communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube - LISI

Communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube - LISI

CE SONT LES PAUVRES QUI VONT PAYER POUR LES RICHES

jeudi 11 octobre 2018 , 259 : visites

Depuis quelques années, les multinationales et leurs filiales ont trouvé une nouvelle source de profits : pomper l’argent public en agitant le chantage à l’emploi. L’arnaque est bien connue, mais ça marche !

Les salariés et la population mobilisés le 9 octobre à Bar-sur-Aube

Nombre de collectivités territoriales, peu regardantes dès que la demande provient du patronat, offrent des ponts d’or à des entreprises qui, pourtant, regorgent de moyens financiers. C’est ainsi le cas à Bar-sur-Aube où l’Union locale CGT dénonce avec force le rachat, par la Communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube (CCRB), de l’usine propriété du groupe LISI Aerospace, multinationale dont le site du barsuraubois compte 330 emplois et fabrique des composants pour Airbus et Boeing.

Un cadeau somptueux et insensé

Avec les intérêts prévisibles, c’est plus de 8,5 millions d’euros que la CCRB va engager pour permettre à un groupe, dont le chiffre d’affaires est de 1,6 milliards d’euros, de gaver encore plus ses actionnaires. Selon la CGT, nous serions même en présence d’experts en matière de pompage d’argent public : « le groupe LISI ne s’est pas contenté en 2018 de Bar-sur-Aube, il s’est vu offrir 50 millions d’argent public pour le transfert des Forges de Bologne en Haute-Marne, et a reçu de l’État et de la Région Nouvelle-Aquitaine un montant global de 1,1 millions d’euros... » La CGT écrit aux maires

La CGT a écrit aux maires

de la Communauté de communes pour les informer de l’entourloupe : « Il ne s’agit en aucun cas de moderniser l’entreprise avec à la clé des emplois, mais bien d’un simple montage financier qui risque de mettre la CCRB et les communes qui la composent dans des difficultés financières importantes », s’alarme l’Union locale. En effet, la CCRB va emprunter six millions sur 25 ans sur la base d’un bail de 12 ans, et cela sans aucune garantie, sinon verbale. Une décision politique qui ne semble pas d’intérêt général et qui risque de peser lourdement sur les contribuables, dans une région où le taux de chômage est de 24%, dans un des dix secteurs les plus pauvres du Grand-Est. Une provocation inadmissible Le maire de Bar-sur-Aube, Philippe Borde semble n’entendre que de l’oreille droite et refuse pour l’heure de prendre en considération les arguments pourtant irréfutables de la CGT. Sa déclaration lors d’une réunion de Communauté de communes a même été perçue comme une provocation : « 300 000 ou 500 000 euros ne pèsent pas très lourd  ». Les contribuables baralbins, qui doivent faire face à des décisions de restrictions dans le buget communal, apprécieront.

J P CORNEVIN

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|