“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 7 septembre 2018
  • C’est la rentrée. Même pour les 22 millions de français qui n’ont pas pu partir. D’autres sont allés en vacances en serrant la ceinture du maillot de bain. Macron, qui s’est fait construire une piscine à Brégançon, a dit, arrivé sur place, nettement (...)

  • Lire la suite

NOS PEINES

un adolescent dans la tourmente

vendredi 7 septembre 2018 , 234 : visites

Notre camarade Gilbert Couillard vient de mourir. Il était né le 20 décembre 1925 et avait presque 19 ans en 1943 quand les choses se gâtèrent dans la forêt d’Othe et le hameau de Saint-Mards, celui de la Lisière-des-Bois. Car Gilbert participa à cette grande aventure de la Résistance avec ses parents, Gabriel et Marguerite.

Il a raconté cette aventure et l’héroïsme dont firent preuve ces combattants de l’ombre connus pour avoir animé le BOA(1). Héroïsme et tragédie mêlés faut-il le préciser ? Gilbert fut toute sa vie le garant des évènements qui eurent lieu au maquis et dans la ferme familiale. Il avait une sainte horreur des approximations et des erreurs quand on évoquait ce passé et, aujourd’hui encore, quand j’écris cet éloge, je crains qu’il ne décèle de l’au-delà quelque faute.

Il milita donc imperturbablement pour défendre la mémoire des Résistants, en devenant membre et dirigeant de l’ANACR(2), ou en allant devant les élèves ou collégiens raconter ce qui s’était passé dans la forêt d’Othe. Et il avait cette honnêteté de ne vouloir raconter que ce qui s’était passé dans cette région de l’Aube, là où il était, là où il militait. Mais, ce qui s’était passé, n’était-ce pas l’âme de toute Résistance française ? Gilbert reçut le certificat d’appartenance aux FFI et la carte de combattant reconnaissant sa participation effective en région C et, le 8 mai 2015, bien tardivement hélas, la Légion d’Honneur tant méritée, des mains de la Préfète, place Jean Moulin. La Dépêche de l‘Aube et notre parti adressent leurs condoléances émues à son épouse Solange et à leurs trois filles.

JEAN LEFÈVRE

1 - Bureau des Opérations aériennes, créé en avril 1943 par Jean Moulin pour organiser les parachutages en zone Nord.

2 - Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance.

Jack Bouteiller Nous avons appris avec tristesse le décès de Jack Bouteiller, militant historique du sport populaire et de la FSGT, né en 1934. Il avait adhéré à la FSGT en 1948 et y a animé les activités cyclistes, dans notre département et au plan national, sa vie durant.

C’est une grande perte pour la vie associative sportive locale. Jack Bouteiller, c’était une certaine idée des valeurs sociales et humaines. L’ancien champion, devenu dirigeant sportif reconnu, avait fait son apprentissage comme mécanicien en cycles chez Guido puis été bonnetier dans les “bas sans couture” à Troyes", tout en prenant son envol dans le sport cycliste. « Compagnon de route » de longue date du PCF, il était le père de notre camarade Dany Bouteiller, conseiller municipal de Romilly-sur- Seine.

En ces douloureuses circonstances, notre hebdomadaire, la fédération du PCF et les communistes de Romilly adressent leurs plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|