“Qui va payer ces dix milliards ? Nous, pas les 500 plus grandes fortunes de France ! Pourquoi on ne rétablit pas l’ISF (3,5 milliards) ? Et la lutte contre l’évasion fiscale (80 milliards) ?" Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 31 août 2018
  • C’est une humeur coléreuse, un brin querelleuse qui m’anime aujourd’hui, moi, fille de prolo et enragée du service public. Quelques camarades sont allés à l’Université d’été du PCF à Angers. Trois jours pour connaître, se cultiver, se fortifier, fréquenter (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Août 2018 > N° 1510 du 31/08/2018 > Université d’été du PCF

Université d’été du PCF

mobilisation générale face au massacre social

vendredi 31 août 2018 , 240 : visites , par LDA

“L’été a été chaud, mais la rentrée et l’année politique qui nous attendent vont l’être aussi. Oui, que Macron et les siens soient prévenus, ça va être chaud !”, a déclaré Pierre Laurent devant le millier de militants réunis à Angers pour l’université d’été du PCF. Extraits. “

[...] Nous sommes un collectif communiste empreint d’une grande fraternité. C’est notre choix de femmes et d’hommes libres de vivre et de militer ainsi. Et notre fraternité communiste, c’est ce qui nous permet de débattre, en toute franchise, de ce que nous avons à affronter, de construire ce qui fait notre force, notre exigence de compréhension du monde, notre solidarité dans l’action, notre unité politique, et tout cela en ne gommant jamais nos personnalités et notre diversité [...].”

- Le congrès du PCF “

[...] Je veux le faire [...] avec franchise, avec fraternité, avec esprit d’unité. Et avec une conviction forte : le Parti communiste a un grand rôle à jouer dans cette nouvelle époque, et il peut jouer ce rôle, retrouver sa marque d’acteur de l’histoire nationale dans ce moment crucial si nous prenons la bonne direction, les bonnes décisions. [...] Je ne suis pas un illuminé qui fait de la méthode Coué. Je connais les difficultés, les incertitudes de la période, le doute sur notre avenir, la critique sur certains de nos choix. Et nous savons tous qu’il va falloir changer des choses sérieusement au Parti communiste pour relever ces défis. [...] Mais comment allons-nous trouver la réponse, des réponses qui nous remettent à l’offensive, si nous ne pensons qu’à éviter le pire, à préserver ce qui reste, plutôt qu’à conquérir les grands espaces, ceux qui s’ouvrent à tous ceux qui, comme nous, ont envie et compris que le monde doit changer et qu’il peut le faire en construisant plus d’humanité et non pas plus de violences, d’injustices, de divisions. [...] Où en sommesnous  ? Je vais vous dire franchement ce que je pense : entre deux eaux et ça ne convient pas. Les communistes veulent mieux que cela et ils valent mieux que cela. [...] Nous avons un parti formidable. Et l’intense activité déployée au printemps et cet été le montre encore. C’est un parti courageux, éthiquement irréprochable - qui peut en dire autant ? - , désintéressé, ancré dans les préoccupations populaires, multigénérationnel, composé quasiment à parité de femmes et d’hommes. Nous avons des parlementaires et des élu.e.s qui montrent chaque jour leur dévouement, leur utilité, leur créativité. Et tout cela, à écouter les chantres du nouveau monde, serait dépassé ? Je ne le crois pas un instant [...]. Je veux également dire avec clarté ma conviction que nous devons aller vers une réorganisation profonde de notre direction nationale et de son travail. Si j’ai dit ma disponibilité, je l’ai fait en pleine conscience de cette exigence. Je ne souhaite pas clore le débat, mais l’ouvrir, et au grand jour. Pour moi, il n’y a pas de tabou : du secrétaire national à notre présence médiatique, de l’efficacité de l’animation nationale de notre travail aux processus démocratiques de mise en commun, d’élaboration, de prises de décision… tout doit être réévalué [...].”

- Macron, comment pouvons-nous le stopper ? “

[...] Macron a un problème, un gros problème qui va aller grandissant. Car s’il marque des points en faisant voter son programme par sa majorité godillot, il a déjà laissé beaucoup de plumes dans les mobilisations du printemps et dans l’incroyable affaire Benalla de cet été. Le rapport de forces a commencé à bouger et ça peut continuer. [...] Le masque de la séduction tombe. Le héros du « nouveau monde » apparaît davantage pour ce qu’il est : un héros de l’aristocratie financière chargée de verrouiller la démocratie au seul profit des logiques de compétition capitaliste. [...] Oui, la sortie de l’austérité, voilà l’exigence que nous devons faire grandir partout, en toutes circonstances, face à chaque coup porté. Car le niveau inégalé de réduction des dépenses publiques et sociales qu’il prétend réaliser avec l’appui du Medef fera des ravages dans tous les domaines. Les inégalités exploseront encore plus, si on le laisse faire. [...] Nous avons engagé des batailles salutaires, il faut les poursuivre avec ténacité ; c’est ce travail qui ouvrira les brèches de nos futures victoires : le Tour de France des hôpitaux et des Ehpad, la bataille pour l’avenir du service public ferroviaire, contre la privatisation des barrages hydrauliques, la bataille contre ParcoursSup, la bataille du logement, celle des budgets communaux, celle des moyens pour l’école, la culture, le sport… Nous devons les poursuivre et nous engager avec ambition dans celles qui s’annoncent, notamment, celles des retraites et du plan pauvreté. [...] Importe donc en premier lieu notre capacité à identifier dans les convulsions de la crise, dans les aspirations montantes de la société, les germes d’une société nouvelle et à donner alors les moyens d’agir à ceux et celles qui veulent s’en saisir. Ce n’est donc pas seulement notre initiative, mais l’initiative des travailleurs, des femmes, des producteurs pour se libérer qui doit être encouragée par notre action

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|