“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • INACCEPTABLE
  • 27 juillet 2018
  • Au moment où ces lignes sont écrites, notre souverain aurait enfin déclaré que le comportement d’un de ses collaborateurs était « inacceptable ». On a connu le SAC de Pasqua et les truands du patronat. Dans un registre voisin, il y a eu les flics (...)

  • Lire la suite

Fonction publique

“pas de citadelle inattaquable”, selon Darmanin

vendredi 27 juillet 2018 , 328 : visites , par LDA

Devant 600 cadres de Bercy et en direct sur Facebook, le ministre a mis en scène la suppression de postes et de missions dans la fonction publique d’État, évitant soigneusement d’évoquer publiquement les chiffres.

Ils étaient 2 000 agents de la fonction publique branchés en direct, le 12 juillet dernier, sur Facebook pour écouter le ministre de l’action et des comptes publics annoncer des coupes drastiques après en avoir informé les cadres de son ministère. Pendant quelques jours, Gérald Darmanin avait fait monter le suspense, démentant les chiffres de suppression de postes avancés peu auparavant par le journal Les Échos, soit vingt mille emplois en moins dans l’administration fiscale. Ce qui représenterait une très large proportion des 50 000 emplois de la fonction publique d’État voués à disparaître, suivant le bon vouloir d’Emmanuel Macron. Mais devant 600 cadres réunis à Bercy et relayé partout en France grâce à la magie du numérique, Gérald Darmanin n’a concédé aucun chiffre tout en réaffirmant mettre en place « la première transformation de l’administration  » sous l’ère Macron. « Il n’y a pas de citadelle inattaquable, que des citadelles mal attaquées  », a déclamé le ministre en introduction, citant Antoine de Saint-Exupéry. S’il a usé de beaucoup de littérature, Gérald Darmanin a seulement publiquement réaffirmé « le cap et la vision  » de son action sans détailler précisément le nombre d’emplois et les administrations touchées. Il a confirmé que certaines missions seront abandonnées « pour alléger le travail des agents », évoquant le recentrage de certains services. La « simplification  » de la fiscalité aura donc un impact sur la réorganisation de la DGFIP (Direction générale des finances publiques). Le transfert d’une partie du recouvrement de la douane sera imputé à la DGFIP. Le ministre marchant sur des oeufs... Numérisation, fin de la taxe d’habitation, prélèvement à la source qui entraînera la gestion par les entreprises de la collecte de l’impôt : voilà la série de prétextes avancés par le gouvernement pour réduire les services, emboîtant le pas à la Cour des comptes. Dans son rapport annuel, celle-ci fustigeait - une fois de plus ! - «  le niveau élevé de dépenses publiques  » et, dans le cadre du programme Action publique 2022, jugeait « indispensable la conduite de réformes structurelles pour améliorer l’efficience des dépenses publiques ». Selon elle, la DGFIP devrait pouvoir encore supprimer 30 000 postes. Le “talk-show” de Darmanin conforte donc les craintes des syndicats qui dénoncent depuis longtemps l’attaque faite à l’administration fiscale. «  On dénombre près de 38 000 suppressions de postes à la DGFIP depuis 2002, rappelle le syndicat Solidaires des finances publiques, mais depuis, la charge de travail n’a cessé de s’accroître et de se complexifier. Les déclarations en ligne des particuliers et des professionnels sont mises en avant pour justifier des suppressions d’emplois. Or, la saisie de déclarations ne représentait qu’une part marginale du travail.  » Gérald Darmanin a aussi confirmé la volonté de Macron de «  transformer la fonction publique » en étendant «  le recours aux contractuels », en développant « la rémunération au mérite » ou d’organiser des « plans de départs volontaires  » des agents... Mais en ne chiffrant pas le « big bang  » tant annoncé, le ministre, marchant sur des oeufs, a voulu éviter, pour l’instant, l’opposition frontale qu’il semble craindre.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|