“Aujourd’hui, quand vous vivez dans une famille ouvrière, vous avez peur que vos enfants tombent dans la misère. Pourquoi ? Parce que la politique actuelle contribue à accumuler des richesses.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • LES ENFANTS DE ROCARD
  • 22 juin 2018,
    par Malicette
  • L’archéologie entre en force dans le paysage. On nous exhibe les Sénons et leurs affiliés les Tricasses, dont ce puissant prince de Lavau qui vivait au 1er âge du fer. Nous avons aussi la nécropole de Buchères, plus récente, dans laquelle on découvre (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE
  • 22 juin 2018
  • Éric Vuillemin et le féal Jérôme Bonnefoi de Romilly ont les honneurs, sur trois pages, du dernier opus du magazine de la Chambre de commerce et (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > JUIN 2018 > N° 1500 > Rigny-la-Nonneuse

MEMOIRE

Rigny-la-Nonneuse

cérémonie patriotique

vendredi 22 juin 2018 , 230 : visites

Chaque année, l’anniversaire de l’attaque du maquis de Rigny, le 14 juin 1944, est une belle réussite du fait de l’engagement de la municipalité de Rigny et des associations patriotiques (ANACR et ULAC) qui entretiennent le souvenir de ce maquis.

Depuis la Libération, l’ANACR et la FNDIRP de la région de Romilly ont toujours vigoureusement préservé la mémoire de la Résistance, à preuve ce nouvel opus sur lequel une équipe travaillait depuis quatre ans et qui donne lieu à une exposition itinérante, présente à Rigny et montée pour cette seule journée !(*) Le monument de Rigny, érigé le 31 août 1948, fait aussi partie de la symbolique qui mobilise le devoir de mémoire. Y figurent 61 noms de Résistants massacrés les jours qui ont suivis et qui appartenaient à différents maquis (Vignots, Saint-Mards etc.). À Rigny, il n’y eut qu’un seul tué, leur chef Albert Lafon, dit Rivoire, grièvement blessé au début de l’attaque et qui mourut le 17 juin, bien que réfugié dans une famille amie. Les autres noms sont des Résistants capturés, torturés et fusillés ensuite ou massacrés sur place (Vignots, Saint-Mards, Creney, Origny-le-Sec). Rolande Barthélémy, la nouvelle présidente de l’ANACR, remplaçant Ginette Collot toujours présente, raconta cet épisode glorieux.

« Ce maquis était commandé par Rivoire, un ancien des Brigades Internationales, envoyé par le vrai Front National de l’époque pour encadrer les combattants. Vont arriver peu à peu des Résistants du maquis du Vignot, des gendarmes de Nogent en tenue, des Russes évadés de la Belle-Idée, et la plupart des maquisards de la ferme de Varsovie qu’avait créée Hubert Jeanson, responsable régional avec sous ses ordres Maurice Camuset et François Impérial, auxquels sont venus se joindre des jeunes de Romilly, la plupart étant cheminots. Les groupes des arrivants étaient venus avec leurs armes. Les visiteurs du chemin de la mémoire peuvent encore découvrir, dans ce bois, la carcasse du vélo de Maurice Camuset pendu à une branche. La survie du maquis était assurée grâce à la complicité de gens de la région, tels le jeune Maurice Mizelle qui ravitaillait en eau et le boulanger de Marigny-le-Châtel en pain, ceci pour 125 hommes. » Les trois intervenants (plus la maire de Rigny, la Sous-préfète) surent dire à leur façon la nécessité de ces commémorations, au moment où l’Europe voit monter les dangereuses idées d’extrême droite responsables de la dernière guerre. Ce qui nécessite un effort encore plus grand d’éducation historique (le « travail de mémoire ») afin de connaître les raisons de la défaite de 1940, dues davantage à la trahison qu’à la faiblesse militaire. Rolande Barthélémy terminait en rappelant que le sacrifice des Résistants aboutira en 1945 à la renaissance de la République avec de nouvelles avancées sociales tirées du programme du CNR, tandis que la sous-préfète concluait comme en écho : « Aujourd’hui plus que jamais la devise de notre République “Liberté, Égalité, Fraternité” doit être exprimée par chacun de nous. »

Jean LEFÈVRE

*) La Résistance dans l’Ouest aubois - Claude Macé, Daniel Jourdain et un collectif - 13 euros

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|