“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • L’AUTRE CHANOINE DU LATRAN
  • 22 avril 2018
  • Il y a 500 ans, à Chaource, le prêtre qui disait la messe (dos au public), portait une belle chasuble brodée aux armes du seigneur. Ainsi, le fidèle adorait d’un regard le crucifix du maitre autel, le prêtre et le seigneur. Époque bénie de ces guerres (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Avril 2018 > N°1491 > Troyes : zéro pointé !

Troyes : zéro pointé !

samedi 21 avril 2018 , 339 : visites

Lorsque l’on énumère les domaines où la municipalité troyenne n’est pas à la hauteur des attentes de la population, il y aurait de quoi s’écrier : “y a t-il un pilote dans l’avion ?”

. Même la réhabilitation du centre ville, citée systématiquement par la garde rapprochée de François Baroin, fait pâle figure avec ses pas-de-portes abandonnés qui, ces dernières années se sont multipliés au fur et à mesure que s’étendaient les pôles commerciaux dans l’agglomération. Il aura fallu près de dix ans pour accoucher d’un pôle-gare, qui offre un autre spectacle que des tristes bâtiments entôlés ou des parkings de terre et de flaques d’eau. Les transports collectifs ont également un train de retard. Chers, mal desservi, et où le débat sur l’instauration de la gratuité y est systématiquement repoussé d’un revers de main, alors que cela devient un enjeu de société, tout comme la gestion des déchets, où la Ville de Troyes reste de façon ahurissante la seule ville de l’agglomération à ne pas collecter les déchets verts.

Troyes, c’est fou !

On apprend également que l’hôpital de Troyes est dans le Top 15 des pires urgences de France. Huit personnes en moyenne dorment chaque nuit sur un brancard dans les couloirs des urgences. Et pendant ce temps-là, on ouvre dans l’agglomération des cliniques privées, qui sont maintenant de véritables hôtels de luxe de moins en moins accessibles à la masse de la population. Qui est le président du conseil de surveillance de l’hôpital de Troyes ? Un certain François Baroin, avocat, professeur à HEC, conseiller extérieur de la banque Barclays, président de l’Association des maires de France, et accessoirement maire de Troyes et président de Troyes Champagne Métropole. On pourrait penser qu’une ville comme Troyes, avec un taux de pauvreté de 24,6 % soit 10,7 points de plus que le taux de pauvreté français, mériterait une politique sociale en rapport avec la réalité concrète de ses habitants. Ben non ! À Troyes, que l’on soit fils de notable ou de Smicard, on paie le même prix à la cantine scolaire. Et ce n’est pas mieux dans les centres de loisirs où, comme l’a dénoncé la conseillère municipale communiste, Anna Zajac, la fréquentation est au plus bas : «  Moins d’enfants dans les centres, ce sont plus d’enfants dans les rues qui risquent de ne pas être encadrés. Des enfants qui ne peuvent bénéficier des espaces de sociabilité, de détente et de valorisation proposés par les accueils de loisirs.  » Quelle économie sur le plan social et la prévention, à court et moyen termes ?

Et c’est pas mieux pour les espaces intergénérationnels dont François Baroin affirmait «  qu’ils devaient s’inscrire au coeur de la vie sociale des quartiers et favoriser le mieux vivre ensemble. » L’intention est bonne, mais quel vivre ensemble, lorsque seulement 0,013% des troyennes et des troyens y adhérent ? Encore et toujours pas mieux pour les conseils citoyens, obligatoires par la loi depuis 2014, et toujours pas créés à Troyes, alors que l’Insee constate par ailleurs que quatre des dix quartiers aubois font partie des vingt plus pauvres du Grand-Est. Anna Zajac s’en est indignée lors du dernier Conseil municipal : «  Les habitants subissent de plein fouet les politiques d’austérité menées par les divers gouvernement depuis des décennies et les politiques tarifaires de la ville ne leur permettent pas d’accéder aux divers services publics proposés par la ville... »

J P C

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|