“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • LE MEILLEUR DES MONDES
  • 17 février 2018
  • Comme quelques-uns d’entre vous, je me suis fait avoir en achetant à l’époque quelques Natixis. Avec prudence d’ailleurs, mon arrière-grand-père s’étant déjà fait avoir avec les emprunts russes. Et boum, 3 mois après on m’annonçait la faillite. Non, pas la (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Février 2018 > N° 1482 > “baisse partielle de la hausse des impôts”

Romilly-sur-Seine - Conseil municipal : impôts locaux

“baisse partielle de la hausse des impôts”

samedi 17 février 2018 , 224 : visites , par Rémi

Pour les élu.e.s communistes et partenaires de Romilly, la baisse de 12% des taux des impôts f onciers est loin de compenser les augmentations fiscales décidées précédemment par la droite. Sans oublier les hausses de tarifs d’accès aux ser vices publics communaux.

Samedi 10 février, les orientations budgétaires 2018 étaient à l’ordre du jour du Conseil municipal de Romilly-sur-Seine. Pour les conseillers municipaux communistes et partenaires, la baisse d’impôt (moins 12% pour le taux de la taxe foncière des propriétés bâties et de la cotisation foncière des entreprises), annoncée par la droite, est bien loin de « compenser les augmentations cumulées que vous êtes allé chercher dans les poches des romillons ces dernières années », comme l’a rappelé Pierre Mathieu. Mais cette baisse démontre « qu’il y a bien des possibilités d’autres choix de gestion que ceux que vous mettez en oeuvre. » En effet, passé le “boucan” organisé pour l’occasion, restent les actes : suppression de l’abattement général à la base sur la taxe d’habitation avec, pour les locataires, une hausse significative de leurs impôts locaux ; une augmentation uniforme qui a pénalisé durement les contribuables aux plus faibles ressources. Et comme si cela ne suffisait pas, augmentation l’an dernier de 50% des taux de l’intercommunalité de la taxe d’habitation et du foncier bâti. Second «  rétropédalage » d’Éric Vuillemin cette année, après un premier l’an dernier et une «  très légère baisse des taux sur les impôts communaux. Les romillons n’en n’ont même pas vu l’effet au bas de leur feuille d’impôts car cette petite baisse communale a été mangée par une hausse plus importante des impôts de l’intercommunalité. Résultat [...], chacun a pu constater qu’au final la somme à acquitter en 2017 était encore légèrement en augmentation par rapport à 2016 », a commenté l’élu PCF, qualifiant les décisions du maire de « baisse partielle de la hausse des impôts ».

La politique de “yoyo” fiscal

Deux petits pas en arrière pour un maire qui, en campagne électorale, a promis de « poursuivre la baisse des impôts », mais qui a appliqué dès le début de son mandat des mesures très dures qui ont dégradé le pouvoir d’achat des romillons, saigné la vie associative et réduit les services à la population, tout en augmentant les coûts de leur accès. La baisse d’impôt en 2018 devrait globalement représenter 500 000 euros et, pour les élu.e.s du groupe communiste et partenaires, le compte est encore loin d’y être. Face à la politique de “yoyo” d’Éric Vuillemin en matière fiscale, « qu’on ne vienne surtout pas nous dire qu’il est impossible de faire quoi que ce soit pour mieux répondre aux besoins de la population », ont-ils estimé. Pour les élu.e.s communistes et partenaires de Romilly, la baisse de 12% des taux des impôts f onciers est loin de compenser les augmentations fiscales décidées précédemment par la droite. Sans oublier les hausses de tarifs d’accès aux ser vices publics communaux. Avant le banquet de La Dépêche de l’Aube, Pierre Ouzoulias s’est rendu sur la tombe de son arrière-grand-père, Maurice Romagon, au cimetière de Saint-Julien-les-Villas. Il était accompagné par monsieur le Maire de Saint-Julien-les-Villas, Patricia Bizzari, présidente de l’ANACR Aube, Jean Lefèvre, directeur de La Dépêche de l’Aube, Jean-Pierre Cornevin, pour la direction départementale du PCF, Gisèle Malaval, membre du Conseil national, Marie Gattard-Lafond, animatrice des Jeunesses communistes, ainsi que par notre camarade Monique Planson. Un moment fort de recueillement suivi d’un dépôt de gerbe au pied de la plaque apposée sur l’ancienne maison de Maurice Romagon, qui est aujourd’hui une étape du « Chemin de la Mémoire », qui met en lumière les actes héroïques de Résistance dans cette commune.

Cantines scolaires : le maire fait marche arrière

Pénalité, accès sélectif... la restauration scolaire a aussi été au menu du Conseil municipal après la montée au créneau de parents d’élèves s’insurgeant contre les décisions prises à la rentrée (Voir nos articles 25 août et 15 décembre 2017). Une décision du tribunal administratif de Besançon avait aussi mis à mal les mauvais coups d’Éric Vuillemin. Le maire a donc dû revoir sa copie, après que les élus PCF aient à plusieurs reprises sonné la fin de la récré. Le nouveau règlement des cantines proposé au dernier Conseil restant insatisfaisant, le maire s’est engagé à en présenter une nouvelle mouture levant toute ambiguïté.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|