“Les marchés financiers n’ont que faire de la couleur politique des dirigeants des pays : ce qui compte, à leurs yeux, c’est le respect du programme économique.” Sous-commandant Marcos

L'Humeur
  • sondages
  • 5 février 2018
  • On nous annonce, (Ah ! les sondages !) que les syndicats, les partis et les journalistes sont les plus mal vus de l’opinion publique. Ils sont en queue de peloton. Les journaux de droite (pourtant visés par ce rapport, ou alors ils ne se pensent (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Février 2018 > N° 1480 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

Ecoutez-voir

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATOUILLE

ceux qui les regardent...

dimanche 4 février 2018 , 217 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

Le 27 janvier, Avêsta Xabûr, combattante kurde des YPJ (Unités de protection de la femme - Yekîneyên Parastina Jin’ -), s’est sacrifiée pour détruire un char turc à Jandaris dans le district d’Afrin. Un autre 27 janvier, le lieutenant soviétique Ivan Martynushkin et ses compagnons descellaient le caveau horrible d’Auschwitz. Entre les deux, 73 ans. Et la même hypocrisie.

Hypocrisie des “démocraties” à l’occidentale qui maquignonnaient hier les Sudètes et la Tchécoslovaquie avec Hitler et marchandent aujourd’hui les barbelés d’Erdogan contre les réfugiés. Il y a plus d’une semaine que le dictateur turc à lâché ses chiens contre les kurdes du nord de la Syrie. Les mêmes que nous estimions être une chair à canon contre Daesh tout à fait respectable, et dont on dit aujourd’hui qu’ils seraient des terroristes. Comme « L’armée du crime » de l’Affiche Rouge des nazis !

Il y a plus d’une semaine que les faux-culs détournent le regard et dansent le menuet avec Erdogan. Les kurdes n’en finissent pas de s’excuser des images de civils bombardés qu’ils publient sur les réseaux sociaux. Et dans les rues de Paris, Londres, Berlin ou New-York, ils clament leur volonté de paix, aussi forte que celle de ne pas passer sous les fourches caudines de la “real politik”.

En 2014 à Kobanê, ils se battaient pour l’humanité. C’est le même combat aujourd’hui contre Erdogan et ses supplétifs. Se taire, ne rien faire, c’est être complice. Les communistes français ne mangent pas de ce pain-là. Ils sont aux côtés des kurdes, pour la paix, le droit et la liberté. «  Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire  », a écrit Albert Einstein.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|