“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • plus tard
  • 29 janvier 2018
  • Quand l’Est-Éclair et l’Humanité évoquent le même sujet en termes similaires, c’est suffisamment rare pour être remarqué. « Question de confiance » selon l’un, « recul du climat de confiance » selon l’autre, la baisse de la natalité est dénoncée comme une (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Janvier 2018 > N° 1479 > construire l’alternative à la politique de macron

3 février - États généraux du progrès social

construire l’alternative à la politique de macron

lundi 29 janvier 2018 , 359 : visites , par LDA

Après des initiatives partout en France sur différents thèmes, les États généraux du progrès social se tiendront le 3 février. Unepremière étape, qui ne restera pasans lendemain, pour construireune alternative de progrès,cohérente et rassembleuse.

La réunion sur les questions de santé et de protection sociale, qui s’est tenue à Romilly-sur-Seine (voir ci-dessus), s’inscrit pleinement dans la démarche des États généraux du progrès social, initiée à l’automne 2017 par le PCF. D’autres initiatives, sur des thématiques différentes mais toutes en prise directe avec l’actualité sociale et économique, ont eu lieu dans toute la France, à l’initiative des communistes et avec la participation de leurs élu-e-s. Une conception globale pour répondre à la globalité des attaques et de la casse à tous les niveaux, et au pas de charge, orchestrée sous la baguette de Macron, après Hollande et Sarkozy. Mais l’état des lieux, avec sa litanie de projets régressifs, ne doit pas nous faire reculer “dans les cordes”. Au contraire, ses conséquences sur la vie des catégories les plus en difficulté (les salariés, les chômeurs, les jeunes, les retraités...) ne peuvent que donner de l’élan pour expliquer, lutter et mettre en oeuvre une alternative progressiste, cohérente et rassembleuse, qui manque tant aujourd’hui à la gauche.

De nombreuses luttes, des contestations, existent pourtant dans le pays. Mais, pour gagner en efficacité, il faut en relier les actrices et les acteurs et faire converger les problématiques rencontrées sur le terrain, comme autant de facettes d’une contestation globale et de propositions globales à construire dans la durée. Pour s’opposer efficacement à la politique de Macron, il n’existe pas d’autre solution que de travailler au rassemblement de toutes celles et ceux qui ont pour ambition de lui imposer des reculs et de changer de système. Macron parie sur une vie et un débat politiques sclérosés, une gauche divisée et des syndicats affaiblis pour avoir les coudées franches et s’attaquer au salaire minimum, ouvrir la chasse aux chômeurs, brader les actifs publics, laisser pourrir la situation à l’hôpital ou dans les transports publics... Les États généraux du progrès social, le 3 février prochain, constitueront une première caisse de résonance permettant de décupler le retentissements des luttes pour l’émancipation sociale, démocratique, politique, écologique, culturelle. Loin d’être une fin en soi, cette initiative, sera aussi une étape importante pour les débats qui vont irriguer le congrès extraordinaire du PCF en novembre prochain.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|