“Même si nous sommes les témoins d’impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n’allons pas assez vite.” Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU

L'Humeur
  • l’étoile jaune
  • 21 janvier 2018
  • L’Université populaire de l’Aube dure depuis 2013 et fait venir des conférenciers d’obédiences diverses, quoiqu’en pensent certains. Et même si la contestation et l’originalité sont parfois de mise dans les choix opérés, ce ne serait que pour faire (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Janvier 2018 > N1478 > les multinationales de la santé font les poches des aubois

Aube - Santé

les multinationales de la santé font les poches des aubois

dimanche 21 janvier 2018 , 273 : visites

Il faut que cela cesse ! Après le forfait,
dit “administratif”, de 9 euros imposé
aux patients des cliniques privées
auboises, propriétés du groupe Elsan,
c’est maintenant un véritable “droit
d’entrée” de 30 euros qui est demandé
par cette multinationale de la santé
aux patients qui entrent en “ambulatoire”
dans les cliniques de Saint-André,
Troyes et de Romilly s/Seine.

Alors que tant d’Aubois connaissent les fins de
mois difficiles et renoncent fréquemment à des
soins, à des opérations, devant l’aberration des
dépassements d’honoraires qu’on leur impose
ou, parfois même, n’ayant plus les moyens de
se payer une mutuelle, vont-ils devoir maintenant
se laisser faire les poches pour aller remplir
celles des actionnaires du puissant fonds de
pension qui est propriétaire du groupe ? C’est
bien ce qu’il risque d’arriver si un front du refus
ne s’organise pas dès maintenant pour balayer
ce qui s’apparente à une véritable “prise en
otage”
des patients aubois qui entrent en ambulatoire
dans ces cliniques depuis le 8 janvier
2018. Des témoignages commencent à nous arriver
de patients à qui l’on impose cet incroyable
droit d’entrée de 30 euros, contraire à tous
les principes qui régissent notre Sécurité sociale
et qui image à la perfection ce qui risque
d’advenir de notre protection sociale si nous la
laissons aux mains du marché.
Les décideurs politiques Aubois convertis à
la loi du marché

Ces multinationales de la santé se croient toutes
permises. La mutuelle Aubéane a créé un collectif
citoyen afin d’alerter - circulaire ministérielle
à l’appui - pourquoi le forfait, dit “admistratif”
de 9 euros, demandé par les cliniques
Elsan, ainsi que celui identique mais à 10 euros,
imposé également par la nouvelle clinique de
rééducation du groupe Korian, n’avaient pas
lieu d’être et ne devaient, par conséquent, pas
être réglés par les patients. Les instructions
ministérielles ont beau être très claires sur le
sujet, rien n’y fait. Malgré des articles informant
de cette situation dans la presse locale, aucun
décideur politique ne bouge une oreille, tous
convertis qu’ils sont à la loi du marché. Alors
pourquoi ces multinationales de la santé se gêneraient-
elles de faire les poches des Aubois ?
Avec ce “droit d’entrée” à 30 euros, une
étape de plus vers la marchandisation de
notre santé est franchie

Vous entrez dans ces cliniques afin de prendre
rendez-vous pour une intervention qui peut se
faire en “ambulatoire”, par exemple chirurgie de
la cataracte ou de la vésicule biliaire, pour une
arthroscopie, etc. Vous êtes au marché ! On vous
propose d’autorité ce forfait à 30 euros, non pris
en charge par la Sécurité sociale et votre mutuelle.
Toutefois, une proposition vous est faite
d’accepter à la place de ce droit d’entrée, une
chambre individuelle à 75 euros, cette fois remboursée
par votre protection sociale complémentaire
 ! En clair, soit on vous pompe de 30 euros,
soit on pompe la Sécurité sociale et votre mutuelle
de 75 euros. Voilà comment ces multinationales
de la santé deviennent à cet instant les
pires prédateurs de notre système de santé.
Des millions d’euros sont ainsi pompés scandaleusement
des caisses de la Sécurité sociale
et de nos mutuelles, donc de nos poches !
Un collectif citoyen pour s’y opposer
Selon François Baroin, le rapprochement entre
l’hôpital de Troyes et la clinique de Champagne,
va «  permettre d’échapper aux risques d’un fond
de pension extérieur
 ». Monsieur le Président de
Troyes Champagne Métropole, n’est pas sans
ignorer que les fonds de pension sévissent déjà
sur le territoire qu’il administre. On peut s’interroger
sur une éventuelle intervention de sa
part afin de dénoncer ce scandale. Nous appelons
toutes celles et ceux qui sont confrontés à cette
situation à nous en informer et à rejoindre le collectif
citoyen qui s’est créé pour s’y opposer.

​par Jean Pierre CORNEVIN

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|