L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

L'Humeur
  • REPAS DE FêTE
  • 14 janvier 2018
  • Hasard des réunions de famille : je me trouvais en ce début d’année en compagnie d’un homme sensible, incapable de retenir ses larmes au moindre chat écrasé, fils d’immigrés, comme beaucoup. Conforté par les outrances de Trump, par les élections en (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2018 > Janvier 2018 > N° 1477 > incinérateur : le choix du pire !

Aube - Traitement des ordures ménagères

incinérateur : le choix du pire !

dimanche 14 janvier 2018 , 297 : visites

Si le commissaire enquêteur donnait un avis favorable à la construction de cet incinérateur, il donnerait son aval à un projet qui ne comporte que des inconvénients pour la population auboise. Seule la multinationale Véolia y trouvera son intérêt.

PAR LDA

La fédération du Parti communiste de l’Aube a, concernant ce projet dans la zone industrielle de La Chapelle-Saint-Luc, deux critères qui ont déterminé sa prise de position : l’utilité réelle pour la collectivité et l’absence de risque sanitaire. 1°)

La création d’un nouvel incinérateur pose deux problèmes. Son coût très important, de 78 millions d’euros pris en charge par la collectivité pour une durée de vingt-cinq ans, sans espoir de reprise par une entreprise, puisqu’à échéance, il aura perdu toute rentabilité ; son utilité réelle, puisque plus aucune collectivité en France ne veut construire d’incinérateur. Les déchets issus de l’incinération, les mâchefers très polluants, devenant impossibles à écouler et s’entassant dans des décharges. L’incinération ne règle donc en rien les problèmes de l’élimination des déchets.

2°) L’association Zero Waste France souligne que l’incinération génère des émissions de polluants atmosphériques (dioxines, métaux lourds...), qui sont loin d’être sous contrôle et, sur le long terme, qui peuvent avoir un impact sur la santé (cancers, troubles de la reproduction...). Dans l’Aube, le fait d’implanter cet incinérateur au coeur d’une zone industrielle exposerait de nombreux salarié-e-s à deux risques majeurs : la pollution atmosphérique régulière et la possibilité d’un accident industriel, comme celui de l’incinérateur de Fos-sur-Mer en 2013.

De plus, comme le souligne l’association Aube Durable, la construction d’un nouvel incinérateur fera peser un double risque, celui de voir augmenter la fiscalité locale, impactée par les rapports européens qui invitent à pénaliser ce mode de traitement des déchets, et celui de ne plus chercher à réduire les déchets pour alimenter le nouvel incinérateur

.Le surprenant oubli du SDEDA

De façon surprenante, le projet d’incinérateur du SDEDA* ne tient pas compte de l’obligation, dès 2025, de la collecte des bio-déchets, ainsi que de la mise en place de la tarification incitative, qui sera très probablement généralisée sous peu dans tout le département de l’Aube. Ces deux éléments conjugués feront baisser de près de moitié le poids de nos poubelles.

Une politique ambitieuse et efficace de réduction et de tri des déchets, par la collecte en porte-à-porte, par exemple, qui forme et incite la population à la valorisation des matières (recyclage ou compostage), permettrait des créations de postes (trois fois plus que pour un incinérateur), une protection des ressources naturelles et une protection de la santé.

Voilà pourquoi nous sommes, sans aucune restriction, opposés à la création d’un nouvel incinérateur, inutile et nocif pour la collectivité, mais en faveur de la mise en oeuvre d’une politique drastique de réduction des déchets, au niveau des entreprises - comment, par exemple, tolérer que 99% des jouets vendus en France soient non recyclables, comme cela vient d’être révélé ? -, comme au niveau des collectivités territoriales.

L’Aube stocke déjà des déchets nucléaires et est championne de France pour l’utilisation des pesticides les plus dangereux, n’en rajoutons pas ! Refuser l’incinérateur est contraire aux intérêts de Véolia ? Peu importe, c’est conforme aux intérêts des Aubois-e-s ! 

* Syndicat départemental d’élimination des déchets de l’Aube

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|