Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut pénétrer partout, s’établir partout, créer partout des moyens de communication. Karl Marx - Friedrich Engels Manifeste du Parti communiste - 1848

L'Humeur
  • FORFAIT OU MÉFAIT ?
  • 24 décembre 2017,
    par Malicette
  • Depuis quelque temps les cliniques appliquent sur les factures de leurs “clients” un forfait de 9 euros. Un forfait variable et qui va en augmentant (10 euros maintenant dans une clinique de Saint-André). Il est destiné, nous a-t-on expliqué, à (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les inc’oyables
  • 23 décembre 2017
  • Les « Inc’oyables » étaient des hurluberlus réactionnaires, issus de la jeunesse dorée, qui bourgeonnèrent après l’élimination de Robespierre en 1794. (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2017 > Décembre > N1474 > Les inc’oyables

Les inc’oyables

samedi 23 décembre 2017 , 61 : visites

Les « Inc’oyables » étaient des hurluberlus réactionnaires, issus de la jeunesse dorée, qui bourgeonnèrent après l’élimination de Robespierre en 1794. Affublés comme des sapins de Noël, ils traquaient le Jacobin, un gourdin noueux (ou clouté) en guise de canne. Ils ne prononçaient pas les “r”, histoire de se distinguer. Costard-cravate ou tailleur BCBG, nous avons aussi nos inc’oyables. Ils sont mac’onistes et, pour ce qui est de la réaction, on peut leur faire confiance, usant de leur gourdin législatif pour casser nos droits et nos acquis sociaux. « Conquis », disent certains, moi, traditionnaliste de l’usage linguistique, je préfère dire “acquis”. Nous nous en étions rendus compte dès avant les législatives, une floppée de candidat-e-s LREM provenait des couches privilégiées de notre pays et ne ruissellait pas d’idées progressistes. Les Pinçon-Charlot, sociologues communistes et fins scrutateurs des rapports de classes ne s’en étaient pas étonnés. À juste titre. Deux député-e-s se sont dernièrement distingués. On en rit au début, et puis ça fait peur, sachant que ces gens-là votent les lois. La première, une élue pudique comme une rosière qui a souhaité garder l’anonymat (ex-patronne), pleurait la semaine dernière dans L’Opinion sur ses indemnités d’élue : « Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager ». Le second, Hervé Berville, porte-parole de LREM à l’Assemblée Nationale, interrogé par Bourdin, ignorait tout de la prime de Noël. Il a quand même pu préciser que les députés ne la touchaient pas. À entendre sa collègue, on pouvait se le demander. Comme leurs prédécesseurs du XVIIIème siécle, ce sont des bouffons. Des bouffons dangereux.

                   Le Capitaine Tricasse

  

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|