L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir.” Jean Jaurès

L'Humeur
  • INSOUMIS ? VOIR !
  • 9 décembre 2017,
    par Malicette
  • En Corse, le PCF et les Insoumis ont fait liste commune « pour être plus forts… pour remobiliser la gauche déçue et démobilisée… pour mieux mener le combat anti-libéral ». C’est un début de lucidité. À Paris, les députés PCF, FI et PS se sont unis pour (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2017 > Décembre > N1472 > Elles deux

Culture

Elles deux

samedi 9 décembre 2017 , 340 : visites , par Jean Lefevre

Le Théâtre Populaire de Champagne a donné début novembre un excellent spectacle à l’Espace Gérard Philipe de Saint-André.
Marie-Hélène Aïn vient de mettre en scène une pièce d’Emmanuel Darley, « Elles deux », pièce qui traite du temps qui passe. La nostalgie est au registre. Nostalgie ou pessimisme ? On le ressentira selon son état d’esprit. C’est le récit de deux vies. Deux jeunes filles, Pouffe et Glousse, sont pleines de projets, dans l’esprit primesautier de leurs surnoms et dans l’amitié « juré, craché » de leur adolescence. En fin de parcours et de pièce, on les retrouve à la maison de retraite, deux vieilles assises et rassises, désunies, perdues.
Dans l’entre-temps de l’âge adulte, l’amour se présente, mais pour casser l’amitié et désunir les jeunes filles. Glousse part et disparaît une dizaine d’années avec une bande, casse les liens, change même de nom et de personnalité. Clin d’oeil sur les crises de la post-adolescence. Pouffe, sage et fidèle, reste seule et perdra mémoire de sa jeunesse. Elles, c’est donc le roman du temps qui passe, celui de la perte affective, de la perte de la mémoire, celui des illusions perdues. Mais aussi des chemins de vie dissemblables. Une pièce grave où la mélancolie est brodée dans la tendresse.
Les trois acteurs de belle qualité, Marie-Hélène Aïn, Chloé Deborde et Didier Paupe (en outre musicien) réussissent à nous balader au long d’une vie… qu’on ne voit pas passer.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|