“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • Jack Ralite
  • 27 novembre 2017,
    par Jean Lefevre
  • Je me souviens de lui pour deux faits indissociables : son passage au ministère de la santé en 1981 et les États généraux de la culture en 1987. Le “corps et l’esprit”, autrement dit. Il ne se plaignait pas, d’avoir été nommé ministre de la santé plutôt (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1470 > LES COMMUNISTES en pleine “rêvolution”

PCF

LES COMMUNISTES en pleine “rêvolution”

lundi 27 novembre 2017 , 135 : visites , par LDA

Rassemblés samedi 18 novembre à Paris, 900 animateurs de sections du PCF ont opté pour la tenue d’un congrès extraordinaire à l’automne 2018 et se sont dotés d’une feuille de route, adoptée à 72,8% des voix.
La “Rêvolution” se déroulera en novembre 2018. Ainsi en ont décidé plus de 900 communistes, rassemblés à la Cité des sciences à Paris. Ce n’est pas la date du Grand Soir, mais celle du congrès extraordinaire (du 24 au 26 novembre 2018) du PCF, en vue duquel l’assemblée des animateurs de section a adopté une feuille de route, dotée du slogan « Notre Rêvolution ». Elle a été élaborée à partir des 13 843 questionnaires recueillis depuis septembre, et des comptes-rendus d’assemblées locales. Un congrès qui « comptera dans l’histoire [du PCF] s’il permet de relever le défi de la relance politique de notre combat, s’il place à nouveau [le] parti, nos idées communistes à l’offensive, au service de la société, de la riposte face à Macron, de la construction d’une alternative de transformation sociale, dont notre pays a tant besoin et à laquelle, au fond, il aspire », a prévenu, au début des travaux, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent. Le texte de la feuille de route prévoit une 1ère phase (de décembre à mai 2018) de « travail et d’action sur la base d’un bilan de la période écoulée », qui sera déclinée en « chantiers ouverts à tous les adhérents qui le désirent » et animés par des équipes nationales (désignées lors du conseil national du 1er décembre). Puis viendra une phase plus “classique” avec un texte d’orientation et des textes alternatifs.

Développer les solidarités concrètes
Cette première phase, qui reprend les trois grands thèmes déjà sur la table (sur le sens du combat communiste, la stratégie et les transformations du PCF), auxquels s’ajoutent les élections européennes de 2019, sera jalonnée de nombreux rendez-vous en écho aux priorités thématiques définies par la consultation des adhérents. La lutte contre le coût du capital et les inégalités (73,22%), la révolution du travail (46,91%) et l’écologie (34,01%) y sont arrivés en tête. Le féminisme et la lutte contre le racisme étaient aussi à l’ordre du jour. Des « assises communistes pour l’écologie » sont programmées en mai 2018, après les « 3èmes états généraux du numérique » en mars, et le premier rendezvous, le 3 février prochain, des « états généraux du progrès social » (lire en page 4). En parallèle, le Parti communiste entend s’attaquer, au nombre des chantiers, à ses propres transformations, en particulier sur sa communication ou sur de nouveaux « modèles d’organisation ». Mais, face à une offensive qui vise « un âge post-démocratique où la concentration des pouvoirs et des richesses devient en quelque sorte une règle d’or au nom de l’efficacité », selon Pierre Laurent, le PCF ne restera pas l’arme au pied en attendant novembre 2018. Outre un calendrier fourni en vue de leur congrès, les communistes ont appelé « à intensifier partout, dans tous les domaines, la contestation de la politique de Macron et à construire dans les luttes les bases d’une politique alternative  ». Tout au long de l’année à venir, ils entendent développer les solidarités concrètes en lien avec le projet alternatif de société que nous voulons construire et donc à multiplier les luttes sur tous les fronts. Pour passer sans attendre aux actes, les communistes présents à la réunion nationale sont repartis avec les « cahiers du progrès social ». « On ne donne pas le point à Macron », expliquait l’un d’eux, se référant à une déclaration du leader de la France insoumise. Le match continue et les communistes ne s’estiment pas du tout hors du jeu.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|