“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • L’AVENIR DE L’HOMME
  • 21 novembre 2017,
    par Guy Cure
  • Ce fut encore un beau concert de l’Orchestre symphonique dimanche dernier : des compositeur-trice-s de génie servi-e-s par des artistes talentueux-tueuses. Quelle phrase laborieuse, pour sacrifier à l’actualité qui vient de surgir, chassant des (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1469 > La droite auboise coupable et multirécidiviste

Pauvreté dans l’Aube

La droite auboise coupable et multirécidiviste

mardi 21 novembre 2017 , 203 : visites , par Rémi

Résultat sans surprise des politiques appliquées depuis des dizaines d’années par une droite hégémonique, l’Aube, ses communes et ses territoires, s’enfoncent inexorablement dans la pauvreté.
Cela fait des années, depuis les délocations massives de productions qui ont suprimé des milliers d’emplois - une saignée - et cassé l’outil industriel, que le département de l’Aube s’enlise dans le marasme. En 2014, par exemple, à Troyes, le fief de François Baroin, on relevait déjà qu’un quart de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Une situation qui perdure, voire s’aggrave, puisque Troyes est en queue de peloton des sept grandes villes de la région Grand-Est, avec le plus faible niveau de vie médian. Quant à Romilly-sur-Seine, le fléau est pire encore. La ville figure en 31 702ème position sur les 32 974 communes françaises du point de vue du niveau de vie médian. En août dernier, et alors que le maire, Éric Vuillemin, s’égosille à tout propos sur l’air de « Tout va très bien, madame la marquise », les Restos du Coeur locaux annonçaient accueillir cette année 30% de personnes en plus. Leur campagne d’été (de mars à novembre) a enregistré, au niveau départemental, une hausse de 57%, avec, précisent les Restos, l’ouverture de droits à plus de personnes. Partagé par toutes les associations, le constat accablant du développement de la pauvreté et de la précarité dans l’Aube n’est plus à faire. Et pourtant, elles aussi victimes des politiques locales, dites de rigueur ou d’austérité, les associations voient leurs subventions fortement rognées (-30% à Romilly-sur-Seine entre 2014 et 2017). Romilly toujours, où la droite a supprimé 164 000 euros au Centre communal d’action sociale. On se souviendra aussi de Philippe Adnot, chouinant sur la “charge” du RSA pour le Conseil général, mais statufié face aux licenciements.

La droite s’en prend aux victimes de sa politique
On pourrait multiplier les exemples de ces notables de droite qui ont phagocyté les pouvoirs communaux, intercommunaux et départementaux et qui, tous, appliquent une même politique de classe, antisociale, et stigmatisent les « assistés » pour mieux porter leurs mauvais coups. Absence de quotient familial, à Troyes comme à Romilly où un redevable de l’impôt sur la fortune accède aux services municipaux aux mêmes tarifs qu’un chômeur, hausse des transports urbains, des prix des cantines scolaires, des centres de vacances, etc. Non contente d’avoir soutenu la casse industrielle - au motif fumeux d’une « reconversion » dont on attend toujours les effets -, non contente de l’avoir subventionnée à grands décaissements d’aides publiques, la droite s’en prend maintenant, et très agressivement, aux victimes de sa politique, contribuant à les enfoncer davantage la tête sous l’eau. Bien sûr, les politiques gouvernementales successives ont été néfastes et les communistes sont au premier rang pour s’y opposer. Souvent, elles ont aussi été le cache-sexe tout trouvé, alors qu’existaient des marges de manoeuvre dans les budgets des collectivités, comme l’ont souvent démontré les élus PCF aubois, et comme le prouvent, par leurs choix politiques, les maires et présidents communistes de collectivités dans d’autres régions. Ayons en tête que la droite, quelque que soit la casaque qu’elle enfile, a toujours été - et le sera toujours - au service des intérêts des nantis. Et que les personnes en difficulté n’ont aucun secours à espérer d’elle.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|