“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • L’AVENIR DE L’HOMME
  • 21 novembre 2017,
    par Guy Cure
  • Ce fut encore un beau concert de l’Orchestre symphonique dimanche dernier : des compositeur-trice-s de génie servi-e-s par des artistes talentueux-tueuses. Quelle phrase laborieuse, pour sacrifier à l’actualité qui vient de surgir, chassant des (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1469 > Raymond Fageot

NOS PEINES

Raymond Fageot

mardi 21 novembre 2017 , 166 : visites , par Jean Lefevre

Notre camarade Raymond Fageot nous a quittés après une longue maladie. Son frère Michel a relaté les événements importants de sa vie.
Raymond est né le 16 janvier 1924 à Thonnance-les-Joinville (52) dans une famille de 13 enfants. Ses parents tiennent une boulangerie. Raymond est bon élève mais doit quitter les études pour chercher du travail. Il est tour à tour garçon de café, puis bonnetier. C’est chez Vitoux qu’il rencontre Michèle qui devient son épouse en 1959. Entre temps, il a fui l’occupation allemande en rejoignant la zone libre.
Après un passage chez Lebocey et Bordier, il devient représentant publicitaire de l’ACP pour La Dépêche de l’Aube dans les années 60/80. C’est à cette époque que je l’ai connu et apprécié car c’était un « chasseur de pub » extraordinaire qui a, non seulement fait vivre le journal, mais l’a fait rayonner dans tous le département. « Un battant », dit René Granmont, dont la mère Yvonne fut adjointe au maire avec lui quelques années plus tard. Communiste, Raymond ne cachait nullement ses opinions. Il « imposait  » le journal aux commerçants, expliquant, dit Geneviève Delabruyère, que « toute discrimination à l’égard du journal était illégale ». Il était donc apprécié au-delà de nos sympathisants, pour son honnêteté intellectuelle, sa verve, mais aussi sa générosité et son sens de l’humain. C’était « un homme de masse » ajoute-t-elle, populaire, efficace, ouvert aux autres, sensible.
C’est pour cela aussi qu’il a été élu conseiller municipal à Saint- Parres-aux-Tertres, puis adjoint, puis 1er adjoint, sans briguer la place de maire qu’il ne voulut pas prendre. Il dirigea la commission du personnel, celle des fêtes et cérémonies, ainsi que les services techniques. Cette vie au service des autres fut récompensée par la Médialle d’honneur régionale, départementale et commmunale d’argent en 1997.
La Dépêche de l’Aube et le Parti Communiste Français renouvellent leurs condoléances émues à sa famille et à ses amis

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|