“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

Dossier
  • Un autre budget pour la France est possible
    13 novembre

    Chiffres à l’appui, les parlementaires du PCF ont présenté un contre-budget pour 2018 dans le but de prouver que la purge antisociale imposée par le gouvernement n’a rien d’obligatoire ou de pragmatique, et que d’autres choix sont possibles. Macron et son gouvernement ont choisi de faire plus de 20 milliards d’euros de cadeaux aux plus riches. Un (...)

    Lire la suite
L'Humeur
  • CHAUFFE MARCEL
  • 13 novembre 2017,
    par Jean Lefevre
  • Marcel Azzola était l’invité d’un salon littéraire devenu incontournable, celui de Saint-Parres aux livres. Après son propre ouvrage « Chauffe Marcel », dont le titre rappelle le Vesoul de Brel, l’Harmattan vient d’éditer sa biographie par Claude Lemire (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le textile des patrons
  • 13 novembre 2017,
    par Malicette
  • Une expo sur l’histoire industrielle en Champagne-Ardenne. C’est une expo modeste sur une dizaine de panneaux fort pertinents en ce qui concerne (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1468 > Des leçons pour mener à bien notre propre révolution

1917 - 2017

Des leçons pour mener à bien notre propre révolution

lundi 13 novembre 2017 , 97 : visites , par LDA

Clôturant trois semaines d’expositions, de débats et de conférences, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a tiré les leçons d’Octobre 1917 et tracé quelques grandes lignes pour un “communisme de nouvelle génération”. Extraits de son allocution.
- Les leçons de 1917 : « [...] On appelle souvent révolution en politique des moments d’accélération, de précipitation de l’histoire. [...] Les journées d’octobre 1917 en Russie, ou celles de juillet 1789 en France, cristallisent des processus profonds, au cours desquels se renforce et s’exprime la conscience populaire et politique de la nécessité de bouleverser les rapports sociaux. [...] La révolution russe, son accélération en octobre 1917, ne nait pas de rien ; elle n’est pas un coup de tonnerre dans un ciel serein. Elle plonge ses racines dans le développement du mouvement ouvrier et de la pensée de Marx, tout au long du 19ème siècle et dans celle de Lénine au début du 20ème. [...] La Révolution d’Octobre, parce qu’elle touche au coeur du capital, parce qu’elle s’attaque en même temps à mille dimensions de l’aliénation et de l’exploitation, doit [...] faire face à une lutte des classes internationale féroce. [...] Bien sûr, nous connaissons la suite, [...] le processus émancipateur qui s’enlise dans un système contre-révolutionnaire, répressif, dictatorial et inhumain : le stalinisme. C’est le paradoxe du grand souffle de 1917. Il aura généré des processus révolutionnaires et anti-colonialistes qui auront balayé tout le siècle. [...] Mais il aura inexorablement dégénéré vers un système stalinien monstrueux dont finalement l’URSS ne se relèvera jamais. [...] Pour nous, communistes français, la leçon a été longue et douloureuse à tirer. Mais elle est tirée définitivement.  »
- Le communisme, pour nous... : « [...] Nous n’oublions rien de cette histoire, ni le souffle de 1917, ni la puissance irrésistible d’un peuple qui décide de prendre en mains son destin ; ni l’impasse d’un système qui nie le pouvoir démocratique de ce peuple. [...] Nous combattrons jusqu’à la racine ce système capitaliste, où les richesses et les pouvoirs sont concentrés comme jamais. Nous ne le dépasserons pour une nouvelle logique de développement humain que si la démocratisation, la diffusion et l’extension des pouvoirs dans les mains du plus grand nombre est continue, que si se substituent aux logiques actuelles une utilisation solidaire et partagée des immenses richesses créées aujourd’hui par le travail et les savoirs. [...] L’émancipation humaine sera désormais indissociablement sociale, féministe, démocratique, écologiste et pacifiste. Tel est donc notre cap : l’extension continue et planétaire des droits humains par la démocratie, pour le progrès social solidaire, l’avenir écologique, la liberté féministe, le refus de tout racisme, pour la maîtrise partagée des richesses et des savoirs et le droit à la paix. [...] En réalité, nous vivons bien le temps des révolutions. [...] Plus que jamais, nous n’entendons pas rester spectateurs des évolutions et révolutions en cours. Nous entendons être des acteurs utiles à notre peuple pour qu’il prenne en main son destin. [...] Le communisme, pour nous, c’est précisément le mouvement continu de cette émancipation humaine contre toutes les dominations, toutes les aliénations. C’est un mouvement continu de conquêtes démocratiques. [C’est] un processus pour une mise en commun des capacités humaines et des ressources naturelles démocratiquement décidée, progressivement construite et sans cesse renouvelée. [...] C’est pour mener ce combat avec une efficacité repensée que le PCF veut changer, et mener à bien le processus de sa propre révolution. [...] C’est ce que nous nommons “le communisme de nouvelle génération” [...] »

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|