“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

Dossier
  • Un autre budget pour la France est possible
    13 novembre

    Chiffres à l’appui, les parlementaires du PCF ont présenté un contre-budget pour 2018 dans le but de prouver que la purge antisociale imposée par le gouvernement n’a rien d’obligatoire ou de pragmatique, et que d’autres choix sont possibles. Macron et son gouvernement ont choisi de faire plus de 20 milliards d’euros de cadeaux aux plus riches. Un (...)

    Lire la suite
L'Humeur
  • CHAUFFE MARCEL
  • 13 novembre 2017,
    par Jean Lefevre
  • Marcel Azzola était l’invité d’un salon littéraire devenu incontournable, celui de Saint-Parres aux livres. Après son propre ouvrage « Chauffe Marcel », dont le titre rappelle le Vesoul de Brel, l’Harmattan vient d’éditer sa biographie par Claude Lemire (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Le textile des patrons
  • 13 novembre 2017,
    par Malicette
  • Une expo sur l’histoire industrielle en Champagne-Ardenne. C’est une expo modeste sur une dizaine de panneaux fort pertinents en ce qui concerne (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1468 > SO FAST, SO GOOD, la vigilance s’impose

Romilly-sur-Seine

SO FAST, SO GOOD, la vigilance s’impose

lundi 13 novembre 2017 , 89 : visites , par Rémi

Après l’Union, récemment, 7ème article de la rédaction locale de l’Est-Éclair, le 28 octobre, où les craintes que nous avons exprimées dans notre édition du 29 septembre se trouvent confirmées.
Des craintes qui, d’ailleurs, s’appuyaient sur les nombreux témoignages que nous avons reçus. Rappelons que ce journal a refusé de donner la parole aux personnes qui l’ont sollicité pour qu’il se fasse l’écho de leurs inquiétudes.
Rédigé sans aucun doute après concertation avec la direction (sa parole vaut-elle plus que celle des salariés ?), cet article confirme que le démarrage de la production, annoncé à cor et a cri pour juillet par le maire de Romilly, Éric Vuillemin, n’est toujours pas effectif... aux motifs de « mise au point des recettes » et de « phase de test ». Ce qui traduit un réel et bien surprenant manque d’anticipation, voire de professionnalisme, de la part de ses dirigeants. Pour l’heure, la seule activité de cette entreprise consisterait à fabriquer du pain... pour les détenus de Sa Majesté en Angleterre ! Et à prendre pour cobayes les élèves de l’ESC de Troyes en leur faisant tester “gratuitement” ses sandwiches.
Comment, d’ailleurs, ne pas légitimement s’interroger lorsque l’on découvre que le directeur de la production est un des anciens patrons de l”entreprise Sushi des Halles, installée sur la zone industrielle de Torvilliers, réalisée par le Conseil général, société qui a déposé son bilan en juillet 2015 sans même obtenir du tribunal de commerce de période d’observation avec poursuite d’activité : une liquidation judiciaire immédiate avec 35 licenciements à la clé.
Finis les effets de manche
Que cette entreprise soit toujours en tests ou à mettre au point ses recettes soulève une autre question : comment, quasiment sans production, fait-elle pour honorer, depuis début septembre, les salaires, les cotisations sociales, et tous les frais de fonctionnement inhérents, dont les loyers des bâtiments qu’elle occupe à la Communauté de communes, etc. ? Finis les effets de manche et autres envolées lyriques sur la création à terme de 210 emplois, l’entreprise fait du rétro-pédalage et, nous dit le journaliste, veut « se montrer prudente », estimant que « cela dépendra du marché ».
Pour nous, les choses sont claires. Nous souhaitons la réussite de ce projet, mais pas à n’importe quelles conditions pour les salariés. Les fonds publics très importants injectés dans ce projet et la prise de risque engagée par la Communauté de communes, nécessitent la plus grande vigilance. C’est ce que nous faisons en rendant public ce que la presse tait. Et nous continuerons de le faire.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|