“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • Antigone
  • 1er novembre 2017,
    par Malicette
  • La rencontre du texte de Sophocle et des dessins de Coco (éd. Les échappés) produit un mélange étonnant, détonnant. Coco donne une nouvelle vigueur à la modernité éternelle de Sophocle et lui apporte des épices savoureux. Dans son palais, Créon (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • La punaise épinglée
  • 1er novembre 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Claire O’Petit, une « grande gueule » de RMC, députée macroniste après avoir fait des roucoulades au PS, à l’UDF, au MoDem... et avoir voulu s’acoquiner (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Novembre > N1467 > La punaise épinglée

La punaise épinglée

mercredi 1er novembre 2017 , 28 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

Claire O’Petit, une « grande gueule » de RMC, députée macroniste après avoir fait des roucoulades au PS, à l’UDF, au MoDem... et avoir voulu s’acoquiner avec l’extrême droite aux régionales de 2015, s’est fait dernièrement clouer le bec par la justice.
La punaise “radio-monte-carliste” avait reçu de Lebranchu une distinction de chevalier dans l’ordre national du Mérite « pour son action » au sein d’un collectif aux relents poujadistes de commerçants et d’artisans. En 2014, l’ADPC (agence de développement des commerces de proximité), qu’elle gérait, a été mise en liquidation judiciaire et la “clairette” interdite de gérer pour cinq ans ; jugement confirmé en appel la semaine dernière.
Son franc-parler, ou plutôt son boniment “béret-baguette-kil de rouge”, émeut aux larmes les beaufs tendance facho. Ainsi disait- elle « avoir envie d’accélérer » lorsqu’elle voyait « un barbu en djellaba traverser au rouge », s’en prenait-elle aux enseignants « avec des jeans dégueulasses ou des cheveux pas possibles », et intimait-elle aux jeunes de « ne pas commencer à pleurer parce qu’on [leur] enlève cinq euros » d’APL.
Comme le dit en substance un proverbe : avant de monter au cocotier, il faut s’assurer d’avoir les fesses propres. Macron, malgré sa condamnation en première instance et son affirmation de présenter des culs propres, judiciairement, à la députation, l’avait adoubée. Et le temps se gâte assurément de ce point de vue chez les “en-marcheurs”. La punaise épinglée par les juges s’est mise la bouche en cul-de-poule pour minimiser et se cramponne à sa planche nourricière, forte d’une « complicité » avec Mme Macron, mais toujours pas décidée à fermer sa « grande gueule ». Hélas.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|