“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

L'Humeur
  • Antigone
  • 1er novembre 2017,
    par Malicette
  • La rencontre du texte de Sophocle et des dessins de Coco (éd. Les échappés) produit un mélange étonnant, détonnant. Coco donne une nouvelle vigueur à la modernité éternelle de Sophocle et lui apporte des épices savoureux. Dans son palais, Créon (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • La punaise épinglée
  • 1er novembre 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Claire O’Petit, une « grande gueule » de RMC, députée macroniste après avoir fait des roucoulades au PS, à l’UDF, au MoDem... et avoir voulu s’acoquiner (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > Novembre > N1467 > Arrêt sur image

PAS PIGÉ...

Arrêt sur image

mercredi 1er novembre 2017 , 104 : visites

Décidément, il aime les images, notre président. L’autre jour, il a remis ça, avec la métaphore d’une cordée d’alpinistes. Le riche, c’est le premier de cordée, il tire les autres. Dans cette image, il y a un mouvement vertical, du bas vers le haut. Avec la théorie du ruissellement, il y avait aussi un mouvement vertical, mais du haut vers le bas. Vous suivez ? Et du coup, c’est chouette, on comprend que s’il y a des inégalités, c’est pour notre bien. Ça, c’est fait. Pourtant, y’a quelque chose qui me chiffonne. Dans ces allégories, où l’on nous impose un monde pyramidal, il manque à chaque fois une dimension : le temps. En effet, ces images explicatives sont figées, tout ce qui a mené à cet instant “T” a disparu. Rien sur les origines, le comment, le pourquoi... Alors, voilà ce que je propose : on rembobine un peu, histoire de voir le film en entier, ok ? Tiens, le ruissellement - Dans les épisodes précédents, y’a pas eu moyen d’adjuger suffisamment de nourriture à tout le monde, vu que les plus rapaces s’étaient réservés des millions de portions par personne... Dit comme ça, faut avouer que ça casse l’ambiance… Et la cordée, si on rembobine, qu’est ce que ça donne ? - Face à la montagne, alors que les gens voulaient bâtir ensemble une route et puis des ponts, quelques alpinistes qui avaient commencé par rafler toutes les cordes, imposèrent aux autres leur technique de l’escalade. Et bien sûr, ils passeraient les premiers... Au fond, c’est un illusionniste, notre président. Il plante le décor qui l’arrange, met en scène, coupe ce qui le gêne au montage et dit que c’est le réel. Hier, un copain m’a balancé sa métaphore à lui : Le jour où les pauvres n’auront plus rien à manger, ils mangeront les riches. Une image encore, mais un autre style.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|