“Ne pas traiter le pauvre dans l’homme, mais l’homme dans le pauvre.” Jack Ralite

L'Humeur
  • Harcèlement
  • 25 octobre 2017,
    par Malicette
  • L’Humanité vient d’éditer une brochure sur la Révolution d’octobre qui interroge pas moins de 40 historiens d’opinions diverses. Un de ces articles m’a rappelé comment, après la prise du pouvoir par les soviets, toutes les démocraties occidentales (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Violences textuelles
  • 25 octobre 2017,
    par Malicette
  • Dans l’Est-Éclair du 24 octobre, une interview de Jean Marie Cavada qui vient donner une leçon macroniste dans les écoles. (collège Saint-Pierre et (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Octobre > N1466 > La société française a besoin des idées communistes

Interview de Pierre Laurent

La société française a besoin des idées communistes

mercredi 25 octobre 2017 , 162 : visites , par LDA

Bilan de six mois de présidence Macron, le PCF, sont rôle dans les rassemblements à construire, la nécessité et les enjeux du congrès extraordinaire de 2018... Extraits d’une interview, donnée à l’Humanité Dimanche par Pierre Laurent.

Après six mois de présidence Macron : “Sous couvert de pédagogie, il a affiché toujours la même arrogance. Il ne répond à aucune inquiétude du pays. Or on connaît aujourd’hui la réalité de la révolution qu’annonçait Macron. C’est une révolution libérale qui vise à libérer les plus fortunés et le capital financier de toutes les entraves. [...] Que ce soient les ordonnances pour casser le Code du travail, la mise en pièces de l’APL et la politique de logement social, les nouveaux cadeaux à ceux qui payent l’ISF, jusqu’à la scandaleuse décision de retirer l’État du capital d’Alstom pour le livrer aux actionnaires privés de Siemens, on est, dans tous les domaines, dans une politique de démolition du modèle social. C’est la généralisation de la précarité sociale et c’est « open bar » pour tous les profiteurs et les actionnaires. [...]” 

Le PCF et la contestation : “Le PCF a un très grand rôle à jouer. Nous sommes déjà présents avec nos militants, nos élus, nos parlementaires sur tous les fronts de mobilisation. Nous jouons un rôle actif pour révéler les mauvais coups du gouvernement. Mais nous voulons franchir une autre étape. Ces protestations sociales portent l’aspiration à une autre société. [...] Pour cela, nous venons de décider de tenir, le 3 février prochain, à Paris, des états généraux du progrès social. Nous voulons démontrer que ceux qui sont mobilisés dans le pays ont des idées pour construire un nouveau type de progrès social, qui sache faire de la solidarité, créer de l’emploi en produisant autrement, allier le développement industriel et l’ambition écologique, et qui, pour cela, fasse reculer, en tous domaines, les prélèvements indus du capital.”

Aucune frontière au rassemblement : [...] “La volonté du président, c’est, dès la première année de son quinquennat, de casser tous les piliers de notre modèle social. Face à cela, je crois que les communistes ne doivent fixer aucune frontière au rassemblement qu’il convient de construire. Dans les collectivités locales, des élus de toutes sensibilités peuvent converger pour demander d’arrêter le massacre des budgets publics. Face à ce qui se passe dans l’industrie, des femmes et des hommes de tous horizons peuvent dire non au bradage d’un atout industriel aussi important qu’Alstom. Pour gagner, il convient aussi de faire grandir des objectifs alternatifs à ceux du gouvernement. [...] Il nous faut isoler au maximum le gouvernement. Ce qui se joue, c’est « projet de société libérale  » contre « projet de société solidaire ».”

Pourquoi un congrès extraordinaire du PCF ? “[...] Parce que, dans une période aussi inédite que celle que nous vivons, la nécessité de la relance politique de notre projet communiste est très grande. Les responsabilités qui sont les nôtres sont énormes et il n’est pas si facile de les relever. Donc, nous devons nous reposer toutes les questions fondamentales pour procéder à notre propre révolution politique. Nous avons décidé une chose inédite : commencer par une consultation directe de nos adhérents qui a pour objet de déterminer les thèmes et les méthodes de travail du congrès. [...] Nous voulons inventer de nouveaux modes de débat collectif, construire des chantiers qui allient réflexions et actions concrètes. Notre objectif est de parvenir au congrès, non pas seulement avec des intentions de changements, mais avec des résultats concrets, palpables, sur la transformation de nos structures, sur les nouveaux réseaux d’actions que nous voulons mettre en place, sur un nouveau fonctionnement de notre direction, sur une nouvelle plate-forme numérique de mise en réseau des communistes... Nous allons nous atteler à tous ces chantiers avec l’objectif de construire une force communiste capable d’affronter les défis d’aujourd’hui.[...]”

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|