“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

L'Humeur
  • CONSOLATION
  • 5 octobre 2017,
    par Guy Cure
  • On s’était habitué à ce que le pouvoir d’achat des retraites soit érodé par l’inflation. Mais là, Macron et les Macroneux n’y sont pas allés de main morte. Avec la hausse de la CSG, ce sont des milliers de retraités supplémentaires dont la pension ne (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Arracheurs de sueur
  • 5 octobre 2017
  • Free, qui s’est fait tailler un costard par des journalistes du service public (France 2) dans le dernier Cash Investigation, est une création de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Octobre > N1463 > CONSOLATION

CONSOLATION

jeudi 5 octobre 2017 , 32 : visites , par Guy Cure

On s’était habitué à ce que le pouvoir d’achat des retraites soit érodé par l’inflation. Mais là, Macron et les Macroneux n’y sont pas allés de main morte. Avec la hausse de la CSG, ce sont des milliers de retraités supplémentaires dont la pension ne couvrira pas les frais d’une maison de retraite. Et les finances locales en subiront le contrecoup.
D’autres privilégiés sont dans le viseur. Des opérés seront renvoyés à la maison le soir de l’opération, alors qu’ils profitaient de l’aubaine pour se faire dorloter quelques nuits à l’hôpital. Les cheminots bénéficient d’un régime de retraite dont on voit bien qu’il est la cause du manque de places dans les amphis des universités. Les routiers doublent presque leur salaire grâce à un système de primes ; le code du travail viendra à bout de cette anomalie. Le Medef applaudit à la fin de ces « avantages acquis », à la suppression des emplois aidés et des postes d’enseignants en surnombre et en même temps à l’adoucissement de l’ISF.
Au moins les victimes des choix gouvernementaux ont-ils une consolation : Bruno Le Maire a promis à Florent Pagny de faire tout son possible pour que la fiscalité française l’incite à revenir en France. On voit bien que ces gens-là ont le double souci de la culture et de notre bonheur.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|