“Il est urgent de revenir aux vertus de l’esprit révolutionnaire.” Xi Jinping, Président de la République Populaire de Chine

L'Humeur
  • LINGUISTIQUE
  • 10 août 2017,
    par Malicette
  • Le linguiste Claude Hagège nous régale d’un texte sur la langue française qui peut permettre de prendre la mesure du danger que nous courons en vivant au jour le jour sans nous soucier de rien. Nous soucier de rien, c’est ce que nous lanternent tous (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Mercato
  • 10 août 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • “Mercato” est la traduction italienne de “marché”. Chaque année, un comice “sporticole” met en transes les afficionados. Comme au comice agricole, on (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Août > N1455 > LINGUISTIQUE

LINGUISTIQUE

jeudi 10 août 2017 , 30 : visites , par Malicette

Le linguiste Claude Hagège nous régale d’un texte sur la langue française qui peut permettre de prendre la mesure du danger que nous courons en vivant au jour le jour sans nous soucier de rien.
Nous soucier de rien, c’est ce que nous lanternent tous les dirigeants de la terre. Tout va bien, madame la marquise, répète Macron. Tout ce qu’on fait est pour votre bien. Votre bien sera protégé si sont protégés les droits imprescriptibles de la propriété. Si certains ont davantage et même beaucoup, et même beaucoup trop, c’est la loi naturelle, et la loi est gravée dans le marbre des lois. Faut débourser 220 millions pour Neymar. Normal, c’est le marché. La ministre du travail a reçu plus d’un million de stock-options après le licenciement de 900 emplois chez Danone. Le député Sébastien Jumel y voit la preuve de la connivence entre le monde politique et la finance. Pas du tout, c’est la loi boursière ; ça monte, ça descend. Elle a revendu au bon moment. Et alors ? Et puis, c’est connu, les communistes n’aiment pas la Bourse, c’est pourtant le bon thermomètre du marché. Etc.
Mais Hagège ? Il met en garde contre l’envahissement des mots anglais dans notre langue. Une langue constitue, dit-il, une manière de penser et de voir le monde. « Et l’anglais est chargé de l’idéologie libérale, axée essentiellement sur le profit ! »
Pas l’anglais de Shakespeare, bien plus sophistiqué et que les classes dominantes de connaissent pas. Leur servilité les pousse à adopter le parler de l’envahisseur, l’anglais de Disney, de Monsanto ou de Trump : une langue d’aéroport. La linguistique, une bien belle discipline, et fort utile pour mener la lutte des classes.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|