“Je veux que la République ait deux noms : qu’elle s’appelle Liberté, et qu’elle s’appelle chose publique.” Victor Hugo

L'Humeur
  • LINGUISTIQUE
  • 10 août 2017,
    par Malicette
  • Le linguiste Claude Hagège nous régale d’un texte sur la langue française qui peut permettre de prendre la mesure du danger que nous courons en vivant au jour le jour sans nous soucier de rien. Nous soucier de rien, c’est ce que nous lanternent tous (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Mercato
  • 10 août 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • “Mercato” est la traduction italienne de “marché”. Chaque année, un comice “sporticole” met en transes les afficionados. Comme au comice agricole, on (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Août > N1455 > Mercato

Mercato

jeudi 10 août 2017 , 28 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

“Mercato” est la traduction italienne de “marché”. Chaque année, un comice “sporticole” met en transes les afficionados. Comme au comice agricole, on suppute et maquignonne le prix des bestiaux convoités. Catégorie foot, Neymar s’est vendu à 222 millions d’euros, plus deux autres millions et demi de salaire par mois.
Tapi dans les broussailles de l’hystérie jubilatoire cocardière, un article a le mérite de la franchise : le brésilien est un « investissement calculé » qui a une « rationnalité économique » dans un « marché des footballeurs dont la croissance est entretenue par la hausse des revenus des principaux championnats professionnels. » J’ai ainsi appris qu’il y a à Lausanne (Suisse, évidemment !) un “Observatoire du football”, agence de notation qui calcule « la valeur de transfert théorique des joueurs », qui sont des « actifs spéculatifs  ». Peu flatteur pour le sémillant Neymar qui ne serait donc pas autre chose qu’une rente Pinay sur pattes pour l’émir du Qatar.
Alors que les petits clubs grelottent, transis par les baisses de subventions, le mercato sue l’argent de la canicule boursière. Le sport-spectacle est marché avec cotations, indices, valeurs refufuges et tout le saint-frusquin. Moi, je préfère regarder les gosses qui jouent sur un coin d’herbe avec deux bouts de bois pour marquer les buts. Avec leurs maillots « Fly Emirates », ils rêvent, ils y croient... Je ne crois plus, moi, qu’à la lutte des classes.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|