“Emmanuel Macron dit vouloir libérer le travail. Il a raison ! C’est vrai que le travail est emprisonné dans les injonctions de rentabilité et les logiques financières.” Les Économistes atterrés

Dossier
  • Un processus pour des transformations profondes
    1er juillet

    Ni en conclave, ni en hibernation, le Parti communiste français entend contribuer dans les mois et années à venir à l’amorce d’un processus de transformation sociale au service des intérêts populaires de notre pays. Avant un congrès extraordinaire prévu pour 2018, les communistes sont invités à un immense, mais enthousiasmant, travail de réflexion, (...)

    Lire la suite
Le dessin

1er juillet
L'Humeur
  • Résistance
  • 1er juillet 2017,
    par Malicette
  • Chaque année les autorités locales n’oublient pas d’honorer la Résistance, son épopée et ses héros. Rigny-la-Nonneuse et son maquis se commémore à la mi-juin et Saint-Mards-en-Othe fin juin, avec son Chemin de la Mémoire que les plus vaillants grimpent à (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Juin > N1449 > Quand la droite romillonne honore encore un des siens

À chaud...

Quand la droite romillonne honore encore un des siens

samedi 1er juillet 2017 , 91 : visites , par Joë Triché

PAR JOË TRICHÉ


La “pépinière d’entreprises” de Romilly, située rue Milford-Haven, portera désormais le nom d’Alfred Ballantier, peu connu des romillons en dehors des cercles de la droite locale. Il est vrai que l’essentiel de son activité, il l’exerça en dehors de notre ville.
Gros propriétaire terrien, il fut maire de Marcilly-le-Hayer pendant trois mandats. Dans le microcosme politique romillon, il était présenté comme l’éminence grise d’Éric Vuillemin. Il a été son conseiller durant la campagne des municipales de 2008. Ceci explique sans doute cela. Pourtant, à Romilly, d’autres personnalités, qui ont réellement marqué la vie locale, méritaient de donner leur nom à ce “centre d’affaires économiques”. Je pense plus particulièrement à Émile Camuset, fondateur du Coq Sportif, une marque mondialement renommée, et qui a employé jusqu’à plus de 600 salariés.
Mais depuis 2008, le maire de Romilly s’est beaucoup attaché à honorer des personnalités de droite. Des rues portent les noms de Baroin (Michel), Labonde, Galley, alors que Maurice Camuset, maire de Romilly de 1949 à 1984, n’a pas eu cet honneur. Il a fallu, pendant de nombreuses années, batailler ferme pour, qu’au moins, l’hôpital porte son nom. Ce que je retiens de ces nominations, c’est qu’elles ont été données à des hommes politiques qui, pendant toute leur carrière, n’ont eu de cesse de mettre des bâtons dans les roues des dossiers de la ville de Romilly. Tout cela comme s’ils voulaient punir la population de s’être donné, pendant quarante ans, un maire communiste.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|