“Emmanuel Macron dit vouloir libérer le travail. Il a raison ! C’est vrai que le travail est emprisonné dans les injonctions de rentabilité et les logiques financières.” Les Économistes atterrés

L'Humeur
  • Le ressort à boudin
  • 10 juin 2017,
    par Guy Cure
  • Le vote pour Mélenchon était le vote le plus clair pour exprimer le rejet d’un monde avarié et stérilisé par les financiers. Je ne regrette pas de l’avoir utilisé, mais il y a usurpation quand je me trouve annexé dans les approbateurs d’un programme et (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Hyènes
  • 10 juin 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La Marine ne lave pas le FN « plus blanc que blanc ». Malgré la “dédiabolisation”, les dessous du parti d’extrême droite présentent toujours de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Juin > N1446 > Un “big bang” réactionnaire

Code du travail - Ordonnances Macron

Un “big bang” réactionnaire

samedi 10 juin 2017 , 187 : visites

Dans son édition du 5 juin, Le Parisien a révélé le contenu des ordonnances Macron contre le droit du travail, l’emploi et la protection des salariés et des chômeurs.
Une véritable atomisation du Code du travail qui « va largement au-delà de son programme [Macron] », estime Caroline de Haas, candidate à l’élection législative soutenue par le PCF dans le 18ème arrondissement de Paris face à Myriam El Khomri. Un « big bang social » pour les syndicats. Aussitôt révélée, la teneur des textes a fait l’objet de démentis de diverses « sources gouvernementales  », pour qui il s’agirait de documents datant d’avant l’investiture de Macron, qui cachait déjà sa feuille de route pour détruire le Code du travail. Comment donc ne pas voir dans la récente consultation des syndicats une mise en scène, prélude à un scénario déjà écrit d’avance ? Les bons textes ? Pas les bons ? Hormis le quadrille qui s’est dansé autour de cette révélation, au fond, le Medef et les forces les plus régressives obtiendraient la mort du contrat de travail, renvoyé aux accords d’entreprises, accompagné des vieilles revendications sur la durée du travail, la santé et la sécurité des salariés.
Sous le vernis « d’une évolution radiale pour créer une meilleure fluidité du marché du travail », c’est une contre-révolution réactionnaire inédite, une marche arrière toute, renvoyant à l’époque des tâcherons et des maîtres de forges. Beaucoup de voix à gauche ont demandé cette semaine la publication officielle des vrais décrets, si tant est que ceux qui ont fuité n’en soient pas. Puisque l’heure est à la « moralisation de la vie politique », ce serait un bon exercice de travaux pratiques. À plus forte raison, juste avant le premier tour des élections législatives. Pour combattre les intentions de Macron, le rideau du premier acte se lèvera dimanche où il s’agira de voter pour les candidat-e-s PCF et le 18 juin, de ne pas lui donner une majorité “Medef” au palais Bourbon.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|