“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Les loups
  • 3 mai 2017,
    par Malicette
  • “Il ne faut pas tout mélanger. Marine Le Pen, ce n’est tout de même pas Hitler”, disent les braves gens. Certes, on l’a vue danser en Autriche avec les pro-nazis. C’était hier. C’est déjà vieux. Ça ne prouve qu’une chose : elle sait danser la valse (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • La “résistible ascension”
  • 3 mai 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • « Nous faisons le serment solennel de rester unis pour désarmer et dissoudre les ligues factieuses, pour défendre et développer les libertés (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mai > N1441 > Battons Le Pen, puis rassemblons la gauche !

Battons Le Pen, puis rassemblons la gauche !

mercredi 3 mai 2017 , 288 : visites

Si l’on considère, comme les communistes, que le Pen et son clan sont une véritable menace pour la démocratie, la République et la paix. Si l’on considère que leur programme contient les ingrédients d’une société de haine, de rejet de l’autre, de racisme, d’une société qui substituera aux principes fondamentaux d’égalité et de fraternité dans la République, des principes de discrimination, alors ne tergiversons pas ! Il faut battre le Front national et réduire au maximum son influence dans la société. Pour cela, dimanche, il n’y a qu’une attitude possible : utiliser le bulletin de vote Macron, non pas par adhésion à son projet mais comme le seul moyen d’empêcher l’extrême droite de prendre le pouvoir dans notre pays. Tout autre vote favorisera la montée du FN. Une élection n’est jamais écrite d’avance. Il y a deux formes de banalisation de l’extrême droite : la banalisation de ses idées et la banalisation du risque de son accession au pouvoir.
À quoi ressemblerait notre pays sous la “préférence nationale” des Le Pen qui comptent jeter à la rue nos voisins, nos amis, fragiliser leurs enfants, leur refuser l’accès aux soins et à l’emploi ? Eux n’ont pas le droit de vote. Mais ils ont la peur au ventre. Dimanche, commençons par les faire entrer symboliquement dans l’isoloir. Ensuite, comme le propose le PCF à La France Insoumise, rassemblons toutes les forces politiques qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qui ont lutté ensemble ces dernières années contre la politique de Valls et de Hollande afin que l’élan du bon résultat de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de l’élection présidentielle se transforme en victoires aux élections législatives.


J’ai mis un certain temps avant de me faire à l’idée de déposer un bulletin Macron dans l’urne dimanche prochain, mais je vais expliquer dans cet article les raisons principales qui vont me pousser à le faire. La raison, qui pourtant, parait évidente mais qui revient assez peu dans les débats, c’est : « Pense-t-on aux personnes qui seraient menacées si le FN était au pouvoir ? ». Peut-on réellement se permettre de s’abstenir quand on pense à ces personnes qu’un FN au pouvoir mettrait en danger ? Les personnes racisées et les personnes LGBT principalement. Quelques jours après l’anniversaire de la mort de Brahim Bouarram, assassiné à cause de ses origines par des partisans FN, nous devons nous rappeler que, NON, le FN n’est pas un parti comme les autres ! C’est un danger permanent pour tout-e-s les français-es, mais surtout pour les minorités ! Sommes-nous prêt-e-s à laisser faire régresser les droits des homosexuels, dans une période si terrible pour la communauté gay, avec le génocide qui se déroule en ce moment même en Tchétchénie, sommes-nous vraiment prêt-e-s à laisser arriver au pouvoir des personnes qui se félicitent de ce qu’il se passe là-bas ?
Loin d’être bien-pensant, cet appel veut seulement alerter face aux dangers réels du Front national. Ensemble, notre devoir est de faire barrage, il est l’heure pour tout-e-s les français-es de ce pays de prendre leurs responsabilités en leurs âmes et consciences. Dimanche, nous éliminons le FN et lundi nous combattons Macron !

 


Le FN s’intéresse énormément aux droits des femmes : son programme comporte quand même trois lignes les concernant ! Trois lignes et pas une mesure concrète… Mais du concret, on peut en trouver dans le vote des député-e-s et eurodéputé- e-s FN : huit rapports concernant la défense des droits des femmes et l’égalité professionnelle ont été soumis au Parlement Européen ; les eurodéputé-e-s FN ont voté CONTRE, y compris CONTRE le congé maternité harmonisé à 20 semaines partout en Europe et remboursé à 100% ; y compris CONTRE un salaire égal à compétences égales. En mars 2015, au cours d’une Commission de l’emploi et des affaires sociales, l’eurodéputé Dominique Martin, qui fut le directeur de campagne de Marine Le Pen en 2012, proposait de « laisser aux femmes la liberté de rester chez elles », ce qui aurait, selon lui, l’avantage de libérer des postes (pour les hommes), de donner une meilleure éducation aux enfants et de sécuriser les rues (pas de drogue…). Bref, l’insécurité et le chômage ont une cause toute trouvée : le travail des femmes ! Et les député-e-s FN de l’Assemblée nationale ne sont pas en reste. En avril 2016, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté CONTRE une loi pour l’abolition du système prostitutionnel, CONTRE une loi pour l’égalité réelle femme/homme, CONTRE une loi sur le harcèlement sexuel. Avec des député-e-s comme elle et lui, les femmes sont bien défendues !
Rappel intéressant : en janvier 2016, au lendemain d’une série d’agressions de femmes à Cologne, MLP écrivait dans L’Opinion : « La crise migratoire signe le début de la fin des droits des femmes ». Mais non… les député-e-s FN s’en chargent bien tout seuls !
Alors, en tant que féministe, je n’hésiterai pas une seconde à me servir du bulletin de vote Macron pour donner le plus petit score possible à ce parti d’un autre âge qui met à sa tête une femme pour asservir toutes les autres aux intérêts du patriarcat et des patrons.

 

J’appelle à mettre un bulletin Macron, dimanche 7 mai. Bien sûr pas de gaité de coeur, mais simplement par instinct de survie. Le Front national au pouvoir serait un désastre pour le monde ouvrier, le monde syndical, le monde associatif, culturel, etc. Marine Le Pen se positionne clairement du côté du capital, lorsqu’elle ne cesse de stigmatiser l’action syndicale. Le Front national s’oppose clairement aux plus précaires lorsque ses élus de proximité stoppent les subventions pour des associations telles que le Secours populaire.
Les tartufferies de Marine Le Pen devant des salariés en lutte sur le site Whirlpool d’Amiens, alors que les députés à l’Assemblée nationale ne votent pas une loi déposée par les élus communistes afin d’interdire les délocalisations d’entreprises sur l’autel du dumping social. L’élévation des votes qui se portent sur ce parti d’extrême droite est le résultat des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à oeuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux.
Voter le 7 mai pour Macron, c’est avant tout limiter au maximum le pourcentage que réalisera Le Pen à l’issue du scrutin. Ce n’est évidemment pas signer un chèque en blanc au candidat d’En marche ! Le combat commencera dès le 8 mai pour créer les conditions d’un large rassemblement de la gauche progressiste afin d’avoir un nombre important de député-e-s à l’Assemblée pour peser dans le débat politique, car nous serons les premiers à nous battre contre son programme de destructions des conquis sociaux et, bien sûr, nous continuerons de lutter pour un réel progrès social, une transition écologique, un partage des richesses plus équitable entre le travail et le capital.
Le 7 mai, c’est au titre de l’antifascisme, de la dépense de la République démocratique, des libertés individuelles, syndicales, gagnées de haute lutte. C’est en étant déterminé à oeuvrer à des perspectives de progrès social que j’utiliserai le bulletin Macron dimanche.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|