“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Culture sinon rien
  • 20 avril 2017,
    par Malicette
  • La culture n’est pas souvent évoquée dans la campagne électorale. Vous me direz que la lumière du soleil non plus. C’est pourtant elles qui dévoilent la beauté du monde. De même que buffets et tables que fabriquait mon grand père, on n’en souffle mot. Il (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les oies du capital
  • 20 avril 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Les avez-vous entendu, ou vu, ou lu ? De Gattaz à Hollande, ni l’un ni l’autre candidat, jusqu’aux médias entre les mains des milliardaires, tous ces (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Avril > N1439 > “Une grande avancée pour les salarié-e-s”

GISÈLE MALAVAL CANDIDATE DU PCF-FRONT DE GAUCHE DANS LA 2ÈME CIRCONSCRIPTION DE L’AUBE

“Une grande avancée pour les salarié-e-s”

jeudi 20 avril 2017 , 266 : visites

Pourquoi le PCF s’est-il engagé dans le soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon ? Réponse par l’exemple.
Prenons deux thèmes concernant le travail : l’égalité femmes hommes et les droits des salarié-e-s. Pour le premier, le programme de JLM prévoit des sanctions financières et pénales contre les entreprises qui ne respectent pas cette égalité, allant jusqu’à l’interdiction des marchés publics, la généralisation des accords d’entreprise contre les inégalités de salaire et de carrière et la parité dans les institutions représentatives. Quand on voit la difficulté des mentalités façonnées par le patriarcat à accepter l’idée simple de l’égalité des droits femmes/hommes pourtant inscrite dans la loi, on peut bien imaginer que, seules, les contraintes financières et pénales pourront la faire appliquer.
Pour le second, le programme de JLM prévoit d’interdire les licenciements boursiers (nos député-é-s l’ont proposé en mai 2013), d’accorder un droit de veto suspensif aux comités d’entreprise sur les plans de licenciements, un droit de préemption aux salarié-e-s pour faire une coopérative en cas de vente ou de fermeture de l’entreprise (nos député- e-s l’ont proposé en mai 2015), l’instauration d’un vote de défiance des salarié-e-s contre les dirigeants ou les projets stratégiques avec obligation d’examiner les contre-propositions des syndicats, et la garantie d’un revenu en cas de perte d’emploi par l’instauration de la Sécurité sociale professionnelle (loi-cadre proposée en janvier 2017).
Toutes ces propositions seraient incontestablement une grande avancée pour les salarié-e-s si elles pouvaient enfin être mises en oeuvre. Et par le vote Jean-Luc Mélenchon, cet « enfin » est devenu possible

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|