“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Culture sinon rien
  • 20 avril 2017,
    par Malicette
  • La culture n’est pas souvent évoquée dans la campagne électorale. Vous me direz que la lumière du soleil non plus. C’est pourtant elles qui dévoilent la beauté du monde. De même que buffets et tables que fabriquait mon grand père, on n’en souffle mot. Il (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Les oies du capital
  • 20 avril 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Les avez-vous entendu, ou vu, ou lu ? De Gattaz à Hollande, ni l’un ni l’autre candidat, jusqu’aux médias entre les mains des milliardaires, tous ces (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Avril > N1439 > Une défaite politique cinglante

Référendum - Turquie

Une défaite politique cinglante

jeudi 20 avril 2017 , 254 : visites

Avec 51,3% seulement des votes exprimés, le projet de réforme constitutionnelle d’Erdogan ouvre la voie à une nouvelle dictature en Turquie.
Cette prétendue victoire d’une courte tête n’en est pas moins une défaite politique cinglante pour Erdogan. Les électeurs des grandes villes (Istanbul, Ankara, Izmir, Diyarbakir, Adana) ont sans ambiguïté voté non. Les observateurs internationaux déployés par les organisations démocratiques sur tout le territoire ont témoigné d’un scrutin émaillé de nombreuses irrégularités, y compris à l’étranger, et de violents incidents dans des dizaines de bureaux de vote faisant notamment trois morts à Diyarbakir. Le HDP et le CHP contestent ces résultats et demandent un nouveau décompte qui pourrait porter sur une différence de 3 à 4%.
Depuis l’échec de la tentative de coup d’état de juillet 2016 et l’instauration de l’état d’urgence, 130 000 fonctionnaires ont été radiés, plus de 40 000 personnes arrêtées et emprisonnées, parmi lesquelles 150 journalistes, des dizaines d’universitaires et d’élus, maires et députés du Parti démocratique des peuples (HDP) - dont ses deux co-présidents, Selahattin Demirtaš et Figen Yüksekdağ - qui, aux élections de juin 2015, avait privé Erdogan et son parti l’AKP d’une majorité au Parlement. La campagne publique du non a été quasiment interdite. Les menaces et chantages au vote, le clientélisme, et l’omniprésence médiatique d’Erdogan ont saturé l’atmosphère.
Malgré un résultat contestable qui doit tout aux fraudes, à la peur et à la haine, nombreux sont les femmes et les hommes de Turquie qui restent profondément attachés à une république laïque et à un régime démocratique. Le Parti communiste français salue le courage des militants du HDP et de toutes les forces démocratiques et progressistes qui ont mené campagne pour la paix et la démocratie en appelant à voter non à ce référendum et en exigeant un scrutin transparent. Il appelle à faire massivement grandir la solidarité internationale avec toutes les forces démocratiques et progressistes de Turquie, les militants et responsables du HDP, les militants des droits humains, de la paix, de l’égalité, du multiculturalisme et de la reconnaissance des minorités, de la liberté d’expression et de la justice sociale en Turquie. Le PCF appelle également le gouvernement français à soutenir les démocrates et progressistes de Turquie et à agir pour la libération immédiate des 10 000 prisonniers politiques et la reprise immédiate de négociations de paix dans le pays.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|