“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

L'Humeur
  • Prisons pleines
  • 6 avril 2017,
    par Malicette
  • Les prisons sont pleines. On voudrait en construire d’autres. Mais un mois avant l’élection, on met la pédale douce. On ne touche à rien. Les prisonniers étouf fent, tant pis ! Qu’on soit Pères fouettards ou indulgents comme Danton qui n’en réchappa (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Bizarre, bizarre...
  • 6 avril 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • Jean-Luc Petithuguenin est Pdg de Paprec, un groupe qui emploie 4 500 salariés dans le recyclage des déchets. L’entreprise a le vent en poupe. Le (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Avril > N1437 > Bizarre, bizarre...

Bizarre, bizarre...

jeudi 6 avril 2017 , 49 : visites , par LE CAPITAINE TRICASSE

Jean-Luc Petithuguenin est Pdg de Paprec, un groupe qui emploie 4 500 salariés dans le recyclage des déchets. L’entreprise a le vent en poupe. Le recyclage est l’une des nouvelles cornes d’abondance du capital. BlackRock, « sans doute l’institution financière la plus puissante au monde », selon le quotidien suisse Le Temps, a placé des billes chez Paprec, Allianz aussi. En lisant cette semaine, dans Le Monde, que ce Pdg avait écrit à tous ses employés pour les “mettre en garde” contre le vote FN, j’ai fait mon Jouvet : bizarre, bizarre... Car M. Petithuguenin a mis du coeur à l’ouvrage : « son programme aberrant [de Le Pen] a de quoi ruiner la France », avec « des conséquences catastrophiques pour toute l’industrie française », dit-il. Mais, chassez le naturel... le patron anti-FN dévoile ses batteries peu après (surtout celles de BlackRock et d’Allianz qui lui ont mis un fil à la patte) : « Si [...] la France abandonne l’euro, je doute que nos créanciers comme Allianz ou BlackRock acceptent d’être remboursés en francs. » Nous y voilà : les chemises brunes, passe encore, mais pas touche au grisbi ! Et d’en rajouter une louche en assurant d’un coup de poignet humaniste son jeu de billard à trois bandes. Il craint que « la lutte contre “le travailleur immigré” conduise à “des ratonnades” et ce genre de choses ». Brave homme. L’Humanité du 31 mars donne un autre son de cloche :
“Alors que le groupe Paprec réunit à Reims ses salariés pour récompenser « les plus méritants » d’un Castor d’or, la CGT de la Courneuve a décidé de remettre à l’entreprise de recyclage son Ragondin d’or pour discrimination syndicale. Licenciement d’un délégué syndical de Paprec Ile-de-France et refus de le réintégrer malgré l’opposition de l’inspection du travail, autre procédure concernant le responsable syndical de Paprec Transport et Valorisation, disparition des candidatures présentées par l’UL CGT La Courneuve dans les délais pour les élections Paprec Chantiers [...].”
En résumé, patron anti-social de la plus belle eau, Jean-Luc Petithuguenin défend la tirelire des fonds de pensions et la sienne. Qu’il en fut autrement eût été vraiment... bizarre, bizarre.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|