“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

Le dessin

16 mars
L'Humeur
  • Solidaires, quand même !
  • 16 mars 2017,
    par Guy Cure
  • La collecte des Restos du coeur a été un succès, au moins pour ce que j’en connais. Kilos de pâtes après boites de choucroute, les réserves des Restos se sont reconstituées. De quoi commencer la campagne d’été, pour aider ceux dont les ressources et (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mars > N1434 > Jules Guesde, Henri Millet... même combat !

CULTURE

Jules Guesde, Henri Millet... même combat !

jeudi 16 mars 2017 , 222 : visites , par LDA

Un évènement le 5 avril à Romilly-sur-Seine. L’historien Jean-Numa Ducange est l’invité de l’Université populaire de l’Aube pour une conférence sur Jules Guesde, dont il vient d’écrire une biographie qui paraît le même jour en librairie.
Ville aux fortes et actives traditions ouvrières, bonnetières et cheminotes notamment, jusqu’à la dernière décennie de vagues successives de délocalisations qui y ont éteint l’industrie textile, ‘Romilly-les-Chaussettes’ était au XIXème siècle un des nombreux foyers du « guesdisme » en France. En 1892, Jules Guesde avait fondé avec Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, le Parti Ouvrier qui devint l’année suivante le Parti Ouvrier Français. C’est, dit-on, une conférence d’Étienne Pédron, à laquelle il a assisté, qui aurait convaincu Henri Millet de rejoindre le POF. En 1897, le POF revendiquait une section locale de 400 membres, « devenue la métropole incontestée du socialisme dans l’Aube  ».
Henri Millet fut le premier maire-ouvrier de France (1895). Né en 1865 à Romilly, fils de bonnetiers et ouvrier bonnetier lui-même. Secrétaire du groupe collectiviste L’Action et du POF à Romilly, élu conseiller municipal en 1894, il reçoit l’année suivante l’écharpe de maire des mains de Bouhenry-Gornet. Une “passation de pouvoirs” motivée essentiellement par le fait qu’Henri Millet, père de trois enfants, se retrouvait sans travail après que son patron, un façonnier ayant subi des pressions, l’eut licencié. Il avait été mis à l’index des autres fabriques locales. Henri Millet a été membre du Conseil national du Parti Ouvrier Français, délégué à ses congrès (et organisateur du XIIIème Congrès national du POF qui se déroula à Romilly en septembre 1895). Il était, avec Guesde, parmi les délégués français du Congrès socialiste international de Londres en 1896. Les deux hommes se connaissaient d’autant mieux que Guesde était venu à Romilly en février 1892, invité par la jeune Chambre syndicale des ouvriers bonnetiers. En 1895, à la Chambre des députés, Guesde montait à la tribune pour défendre Henri Millet, dont le préfet avait annulé l’indemnité de maire. Jean-Numa Ducange nous brossera le portrait d’une figure marquante du “courant” marxiste au sein du mouvement socialiste de l’époque. Il est maître de conférences (histoire politique et sociale des XIXème et XXème siècles en Europe) à l’université de Rouen et membre du bureau de la Grande Édition Marx Engels (GEME).

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|