“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

Le dessin

16 mars
L'Humeur
  • Solidaires, quand même !
  • 16 mars 2017,
    par Guy Cure
  • La collecte des Restos du coeur a été un succès, au moins pour ce que j’en connais. Kilos de pâtes après boites de choucroute, les réserves des Restos se sont reconstituées. De quoi commencer la campagne d’été, pour aider ceux dont les ressources et (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mars > N1434 > S’ATTELER À TOUS LES PROBLÈMES DE LA JEUNESSE

Législatives : le sens de leur engagement

S’ATTELER À TOUS LES PROBLÈMES DE LA JEUNESSE

jeudi 16 mars 2017 , 127 : visites


J’ai décidé d’être candidate aux élections législatives, parce qu’en tant que communiste il est normal que beaucoup de sujets me tiennent à coeur. Des injustices en France, il y en a tous les jours, elles sont commises par centaines de milliers ; injustices au travail, injustices liées à l’appartenance ethnique ou culturelle, injustices sexistes ou transphobes, injustices homophobe… Le communisme, c’est aussi se mettre toujours du côté de l’oppressé et jamais du côté de l’oppresseur.
Ainsi la lutte des classes s’inscrit plus que jamais dans l’actualité. La classe des oppressés est la nôtre ; la classe des travailleurs et des travailleuses, la classe des précaires, la classe du prolétariat et la classe de la ruralité, oppressées par une bourgeoisie et un capitalisme toujours plus puissant. Parmi les plus précaires, je vais ici parler de la jeunesse. La jeunesse, c’est entre la fin des études obligatoires et l’accès à un emploi stable. La jeunesse, c’est les étudiants et les jeunes travailleurs. Les jeunes trouvent un emploi stable en moyenne à 27 ans. Toutes ces années, la grande majorité d’entre eux vit dans la précarité et n’a que peu ou pas de revenus. Depuis 2012, la vie de la majorité des étudiants s’est dégradée : 70% d’entre nous n’ont pas accès aux bourses, et, pour les bénéficiaires, elles sont d’un montant largement insuffisant. Ce manque de ressources pousse au salariat étudiant, et donc au risque d’échouer aux examens. Un étudiant salarié a 50% de chances de rater son année. Les logements étudiants sont dans beaucoup de secteurs délabrés et, dans la grande majorité des cas, beaucoup trop chers pour une surface très réduite. Dans notre région comme ailleurs, le taux de chômage chez les jeunes est excessivement haut.
Comme vous le voyez, la situation de la jeunesse en France est plus que préoccupante, des députés efficaces et déterminés doivent s’atteler à tous les problèmes auxquels est confrontée la jeunesse. Nous, candidats communistes, nous y engageons, avec notamment la création d’un « statut social » qui garantirait le droit au logement, aux transports, à la culture et au sport, ainsi que le remboursement des médicaments et des soins à 100% dans le cadre de la sécurité sociale universelle que propose le PCF.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|