“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Et après
  • 2 mars 2017,
    par Guy Cure
  • Le « selfie de l’espace » de Thomas Pesquet n’était qu’un e mise en scène. Quelques anonymes fumeux bardés de certitude s en profitent pour affirmer qu’aucun vol spatial n’a jamais eu lieu et toute s les infos sont sujet tes à caution… Les délires de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Juste quelques coups de pied au cul
  • 2 mars 2017,
    par passy cohnn
  • La SNCF est repassée dans le vert, a-t-on appris en début de semaine. Pourtant sa “dette” a encore augmenté de trois milliards d’euros en 2016 ; une (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mars > N1432 > La division d’abord ! Le peuple attendra...

La division d’abord ! Le peuple attendra...

jeudi 2 mars 2017 , 238 : visites , par passy cohnn

Comment Hamon et Mélenchon, tous deux partisans de la Constituante, peuvent-ils régler l’éventualité de l’unité et du rassemblement populaire à deux dans un troquet, sans donner aucune explication aux millions de personnes qui vont devoir subir au quotidien, les lourdes conséquences d’une telle division ?


Aucun débat public, aucune démonstration rationnelle permettant de comprendre les raisons de fond, etc. Ce qui se passe là sous nos yeux, c’est très exactement une manière de faire de la politique dont plus personne ne veut. Nous avons une seule certitude sur les élections présidentielles : la présence de Marine Le Pen au second tour. Chaque semaine vient confirmer que sa victoire n’est pas à exclure. Pourtant, une dynamique de progrès à gauche existe avec un mouvement social qui est resté ces cinq dernières années très mobilisé contre les politiques d’austérité et qui a largement participé à l’élimination de Hollande puis de Valls de l’élection présidentielle.
Aujourd’hui, alors que la gauche de transformation sociale peut accéder au second tour, ses porte-paroles semblent s’être trompés d’élection. En avril, on vote pour les présidentielles, pas pour le premier dirigeant de l’opposition. Ce n’est pas d’un congrès dont il s’agit mais de l’avenir de notre pays. En 1936, ce qui a été possible avec le Front Populaire ne le serait plus aujourd’hui ?
Parce que l’on ne serait pas d’accord sur tout, il faudrait laisser le pouvoir à la droite dure, aux banquiers ou à l’extrême droite ?
Penser que l’on pourrait reconstruire sur le champ de ruines social et démocratique laissé par les forces réactionnaires, si tant est que la gauche se mette d’accord un jour, est une stratégie irresponsable, une folie contre laquelle les communistes se dresseront.
Cette division est insupportable. Les gens qui souffrent ne veulent pas souffrir cinq ans de plus. Ils ne se projettent pas dans l’Histoire. Ils veulent vivre un peu mieux tout de suite. Ne pas l’entendre, c’est les rejeter vers l’abstention ou le vote FN. Nous sommes passés de l’Humain d’abord à la division d’abord !
Une chose est certaine, les diviseurs paieront la note très cher. Cette division annonce la victoire des forces ultra-libérales ou d’extrême droite et le risque de voir disparaitre de l’Assemblée Nationale le moindre représentant de la gauche anti-austérité. On pourrait penser que la résistance va s’organiser au moins dans le rassemblement des forces qui étaient, il y a peu, alliées au sein du Front de gauche. Et bien pas du tout. Jean-Luc Mélenchon qui dénonce régulièrement “la tambouille des partis”, envoie des négociateurs forcer la main aux communistes pour que ces derniers acceptent de lui abandonner des circonscriptions qui sont des bastions du PCF. C’est tellement plus facile que d’aller affronter le FN. Face aux candidats communistes, il fait désigner dans le même mouvement des candidats de son nouveau parti, La France Insoumise, dans toutes les circonscriptions. Dans un département où l’extrême droite fait des scores affolants, cette stratégie de division est une folie. C’est une impasse durable pour la gauche et ses électeurs. C’est un manque de respect pour tous les militant-e-s du Front de gauche qui se sont tant donnés pour porter une alternative crédible et cela parfois même avec succès comme aux dernières élections départementales. C’est enfin, à coup sûr, une attitude qui va enrayer définitivement toute dynamique autour de sa candidature.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|