“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Et après
  • 2 mars 2017,
    par Guy Cure
  • Le « selfie de l’espace » de Thomas Pesquet n’était qu’un e mise en scène. Quelques anonymes fumeux bardés de certitude s en profitent pour affirmer qu’aucun vol spatial n’a jamais eu lieu et toute s les infos sont sujet tes à caution… Les délires de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Juste quelques coups de pied au cul
  • 2 mars 2017,
    par passy cohnn
  • La SNCF est repassée dans le vert, a-t-on appris en début de semaine. Pourtant sa “dette” a encore augmenté de trois milliards d’euros en 2016 ; une (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Mars > N1432 > Juste quelques coups de pied au cul

Juste quelques coups de pied au cul

jeudi 2 mars 2017 , 32 : visites , par passy cohnn

La SNCF est repassée dans le vert, a-t-on appris en début de semaine. Pourtant sa “dette” a encore augmenté de trois milliards d’euros en 2016 ; une dette dont Manuel Valls avait jugé à l’automne dernier « pas opportun » d’être reprise - même partiellement  par l’État, actionnaire à 100%, et dont la “stabilisation” (autour des 50 milliards) n’est pas attendue avant 2025. À eux seuls, les intérêts coûtent chaque année entre 1,5 et 2 milliards.
Alors, ce bénef, il sort d’où ? Le président de la SNCF a été on ne peut plus clair : il faut « réduire les coûts ». Car malgré un chiffre d’affaires en hausse (+2,8%) et des « progrès » de productivité supérieurs de 75 millions aux prévisions, la soudure peut encore péter. « Il [...] manque deux points de marge », dit Guillaume Pepy.
Qu’à cela ne tienne ! Derechef, la SNCF annonce 1 200 suppressions de postes en 2017 (qui seront plus proches en fin d’année, selon la CGT, des 1 800 à 2 300), après les 1 400 de 2016 (2 000 selon le syndicat) et les 1 100 l’année d’avant. Depuis 2003, plus de 26 000 départs n’ont pas été remplacés.
Au passage, CGT et Sud rail en prennent pour leur grade. 2016, ‘annus horribilis’ (année terrible) pleurniche Frédéric Saint-Geours, président du conseil de surveillance : moins 700 millions d’euros à cause des fortes têtes contre la loi El Khomri ! On en attendait pas moins d’un ex-président de l’UIMM (Union patronale de la métallurgie), membre du conseil exécutif du MEDEF et ex-candidat à sa présidence, dont la rémunération, lorsqu’il a officié chez PSA, a dépassé le million et demi d’euros par an.
SNCF, La Poste... les entreprises publiques sont aux mains des séides du Medef. Concurrence et rentabilité ont asphyxié services et intérêt publics. Le constat n’est plus à faire, pas même une nationalisation. Juste quelques coups de pied au cul...

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|