“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Tirs croisés
  • 16 février 2017,
    par Guy Cure
  • Pauvre François ! On aura rarement vu une telle déferlante d’attaques et de calomnies. Quand les murs de la capitale se couvrent d’affiches injurieuses, on comprend les titres de ces livres : François dans la tempête, François seul contre tous ou Ce (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • La parabole du médecin
  • 16 février 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La semaine dernière, lors du passage de Fillon à la médiathèque de Troyes, un de ses soutiens (il n’en a pas eu beaucoup) expliquait à un journaliste, (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1430 > Un vol organisé de l’état et des caisses publiques

Fraude et évasion fiscales

Un vol organisé de l’état et des caisses publiques

jeudi 16 février 2017 , 285 : visites , par LDA

Samedi 11 février, la fédération de l’Aube du PCF avait organisé une action militante devant la Société Générale de Troyes. Faire cesser un scandale qui prive le pays de dizaines de milliards d’euros et réorienter l’utilisation de l’argent au coeur du débat.

En 2013, on estimait à 90 milliards d’euros. les avoirs de résidents français en Suisse. Très probablement une estimation basse, comptetenu des multiples entraves à la transparence dans ce domaine. Sans parler des fameuses “niches” fiscales, dont se délectent les fiscalistes qui conseillent les patrons des multinationales, des législations fiscales différentes entre les pays, qui font le bonheur des Google, Ryanair, McDo et de beaucoup d’autres, de la mansuétude et des coups de frein au sommet d’institutions comme l’Union Européenne... sans parler de tout cela qui n’est déjà pas rien, la fraude, autrement dit la criminalité, c’est mille milliards d’euros par an en Europe ; 60 à 80 milliards soustraits aux caisses de l’État français.

Succursales dans d’exotiques contrées
Il y a évidemment les criminels en cols blancs. Il y a aussi tous les complices qui s’en mettent plein les “fouilles”, les banques en tête de peloton, Société Générale, BNP Paribas... et d’autres, dont les succursales ont bourgeonné ces dernières années dans d’exotiques contrées où l’on ignore ce que le mot impôt signifie. Depuis la parution, en fin d’année dernière, de leur livre « Sans domicile fisc », qui fait suite à un long et minutieux travail d’investigation sur l’ampleur de la fraude et de l’évasion fiscale, les frères Bocquet, élus communistes au Sénat et à l’Assemblée Nationale, sont en pointe de la mobilisation et de la lutte, menée avec des initiatives multiformes partout en France par les communistes. C’est dans ce cadre que les militants aubois du PCF se sont retrouvés devant l’entrée de la Société Générale de Troyes avec banderole, tracts et prises de parole. Car, outre la fraude à proprement parler, c’était aussi de la mission des banques dans l’économie réelle dont il était question. Privilégiant l’argent « fictif » qui alimente d’énormes bulles spéculatives, elles ont délaissé leur rôle - beaucoup moins rentable - de soutien à l’économie.

Le rôle des banques en question
Les exemples ne manquent pas dans notre département, où ce sont les collectivités publiques qui sont sollicitées pour financer les investissements des entreprises. Est-ce vraiment leur rôle essentiel ? Et que dire quand la société Soufflet, qui n’est pas sur la paille, demande - et obtient ! - des fonds publics destinés à un programme de recherches ? Quels retours en matière d’intérêt collectif, autres que de vagues et fumeuses promesses ? Subventions directes ou indirectes (réalisation d’équipements, loyers d’occupation très “attractifs”...) l’exemple romillon de l’entreprise Ruch, mise en exergue, et son récent dénouement, soulève évidemment la question. On peut, en outre, se rappeler que la Pdg d’Olympia, à Romilly, avait en son temps déclaré à la presse que le refus des banques d’accorder un prêt avait conduit à la fermeture de l’entreprise. Le rôle des banques est donc crucial et c’est pourquoi le PCF demande la création d’un pôle public bancaire avec nationalisation de BNP et Société Générale, avec pour objectif de réorienter l’utilisation de l’argent vers l’emploi, la recherche et l’investissement, et la redynamisation des tissus industriels et économiques des territoires. Ces propositions sont au coeur des enjeux pour une réelle “France en commun”, une France de l’intérêt collectif et de la maîtrise des richesses créées par le travail.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|