“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

L'Humeur
  • Tirs croisés
  • 16 février 2017,
    par Guy Cure
  • Pauvre François ! On aura rarement vu une telle déferlante d’attaques et de calomnies. Quand les murs de la capitale se couvrent d’affiches injurieuses, on comprend les titres de ces livres : François dans la tempête, François seul contre tous ou Ce (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • La parabole du médecin
  • 16 février 2017,
    par LE CAPITAINE TRICASSE
  • La semaine dernière, lors du passage de Fillon à la médiathèque de Troyes, un de ses soutiens (il n’en a pas eu beaucoup) expliquait à un journaliste, (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1430 > NOS PEINES

NOS PEINES

jeudi 16 février 2017 , 261 : visites , par Jean Lefevre

Notre camarade Robert Thiébault vient de nous quitter à l’âge de 84 ans. Comme tous nos vieux camarades qui ont adhéré dans les moments difficiles, il était de ces communistes qui restent fidèles jusqu’au bout.
Fidèle à ses origines ouvrières. Fidèle à son syndicat CGT dont il était délégué au lycée des Lombards en tant qu’agent technique ATOS. Fidèle aux luttes, dont celles qu’il a menées contre la sale guerre coloniale d’Algérie. Fidèle aux valeurs de laïcité, de justice et de liberté. Fidèle à son parti qu’il avait rejoint très jeune et dont il fut un militant inlassable, tenace et permanent. Oui, il était, à sa manière un permanent du parti !
Il a participé à toutes les réunions, meetings, collectes, distributions, élections, collages d’affiches, même les collages interdits à l’époque où il habitait Cours Jacquin.
Robert avait son caractère. C’est mieux que de ne pas avoir de caractère du tout. On l’aurait qualifié facilement de râleur. Eh bien ! des râleurs comme ça, on en redemande. Parce qu’on a besoin de ces militants qui n’acceptent pas l’esclavage rampant et qui s’opposent et qui résistent et qui refusent l’intolérable.
Dans sa vie privée, Robert était un vrai communiste, le coeur sur la main et toujours prêt à aider les copains. Il avait une petite maison à Engente, son village natal où il tenait autrefois à aller voter, pour qu’il y ait au moins deux voix communiste dans le village, histoire de dire que la réaction ne réussirait pas à coloniser toutes les têtes, là où il avait vécu. Manière de laisser une trace .
Robert Thiébault et sa femme Françoise ont eu leur fille Christelle et deux petits enfants. Ils sont dans la peine aujourd’hui, mais nous leur disons toute l’af fection qu’on leur porte, nous ses camarades de La Dépêche de l’Aube et de la Fédération du Parti Communiste et nous leur adressons un message de profonde sympathie.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|