“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Moins fort les trompettes
  • 8 février 2017,
    par Malicette
  • Marc Bret est un élu mi-figue chez Adnot, mi-raisin chez Baroin, ni gauche, ni droite et donc très en avance sur Macron. Pour cela, il faut bien connaître le pipeau. Ce virtuose de la flûte a pour tant refusé le budget de l’Orchestre Symphonique de (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1429 > Fillon : haro sur le logement social

élection présidentielle

Fillon : haro sur le logement social

mercredi 8 février 2017 , 342 : visites

Le programme de la droite attaque l’habitat social et consacre le logement comme une marchandise. Toutes les réformes proposées par Fillon n’ont pour seul but que celui de regonfler les profits des investisseurs de l’immobilier.
François Fillon a la même solution pour tout : laisser faire le marché. Il entend libéraliser à tout-va pour résoudre la crise du logement. Son objectif : « supprimer véritablement l’encadrement des loyers », accélérer les procédures d’expulsions et créer une « liberté contractuelle » entre bailleurs et locataires. Le propriétaire pourrait ainsi jouir d’un rapport de forces pleinement favorable, pour imposer sa loi et ses tarifs. Loin de vouloir contrôler toute course à l’enrichissement ou toute inflation, Fillon souhaite de plus « supprimer l’ISF afin de restaurer la rentabilité pour les investisseurs », faisant l’impasse sur le risque évident d’une augmentation des prix de l’immobilier en cas de disparition de l’impôt sur la fortune. Pour faire bonne figure, des « avantages fiscaux supplémentaires » seraient accordés afin d’inciter les propriétaires à fixer des « loyers faibles ». Les fonds publics viendraient ainsi rembourser le manque à gagner pour les bailleurs qui le souhaitent, alimentant le capital privé sans exercer de réel contrôle du marché.
Alors que près de 70% des Français sont éligibles au logement social et que le parc locatif public est le seul à même de fixer les conditions d’un logement digne et accessible pour tous, en pesant sur le marché privé, Fillon souhaite abroger la loi Alur et reformater la loi SRU pour supprimer le minimum de 25% de logements sociaux par communes de plus de 3 500 habitants, en plus de bloquer les aides à leur construction dans les communes en ayant déjà 30 à 40%. À ses yeux, l’urgence est de s’attaquer à « un système locatif social » devenu « machine à entretenir les inégalités », alors que les HLM n’ont ni créé la pauvreté, ni transformé le droit au logement en marchandise. Dans sa charge absurde, il déplore qu’il y ait « davantage de personnes modestes dans le parc privé que dans les logements sociaux »... et en conclut qu’il faudrait diminuer la part sociale !
Pour ce faire, il propose aussi de baisser le plafond de revenus y donnant accès et d’appliquer des surloyers au-delà, réservant le logement social aux plus pauvres et affaiblissant l’habitat public. Il souhaite, de plus, supprimer la pérennité à vie du bail HLM pour instaurer un bail de six ans, augmentant de fait l’insécurité des Français devant le logement. Loin de déboucher sur le « tous propriétaires », son programme économique et social et ses mesures pour l’habitat mèneraient à une aggravation des conditions de logement, aussi bien pour les locataires que pour les petits propriétaires. Les réformes qu’il prévoit ne visent en rien à une baisse du budget logement des Français, élevé au point de nuire à leur pouvoir d’achat et à l’activité économique, ni à la protection des citoyens devant l’éclatement possible de bulles immobilières spéculatives. Bien au contraire.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|