“Ce n’est pas une miette de pain, c’est la moisson du monde entier qu’il faut à la race humaine, sans exploiteur et sans exploité.” Louise MICHEL

Le dessin

2 février
L'Humeur
  • Les mouches
  • 2 février 2017,
    par Guy Cure
  • Ainsi le choix pour l’élection présidentielle en France opposerait le réalisme et l’utopie, les gestionnaires contre les bisounours. Pas d’autre alternative non plus à l’échelle mondiale : c’est le marché qui fait la loi et ses serviteurs qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Cet âne qui commandait des lions
  • 2 février 2017,
    par Jean Lefevre
  • Une association romillonne veut ériger une statue à la gloire du maréchal Joffre, qui fut chef des armées en 14-18. On se demande ce qui pousse ces (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1428 > Cet âne qui commandait des lions

Cet âne qui commandait des lions

jeudi 2 février 2017 , 42 : visites , par Jean Lefevre

Une association romillonne veut ériger une statue à la gloire du maréchal Joffre, qui fut chef des armées en 14-18. On se demande ce qui pousse ces braves patriotes à honorer un militaire dont les états de service furent si mauvais.
En 1913, il prépara un plan de défense qui dégageait la Belgique et recommandait les attaques à la baïonnette dans l’Est en cas d’invasion. Les Prussiens déferlèrent donc par la Belgique. Il négligea l’artillerie que les Allemands développèrent. N’oublions pas que les pantalons garance des Pioupious ne disparurent que des mois plus tard et que le casque ne fut adopté qu’en 1915. En 1914, cette tactique coûta la défaite et 370 000 morts. Joffre put se vanter de gagner la seconde bataille de la Marne au prix de milliers de soldats, mais c’est Galliéni qui lui souffla la tactique à adopter. En 1915, le pauvre Joffre se vantait de lancer partout des escarmouches. « Je grignote l’ennemi », disait-il. 400 000 morts en 1915. Faussaire, il trafiquait les informations données au gouvernement et mettait ses échecs sur le dos de ses généraux. Il en envoya quelques-uns en punition à Limoges. C’est ce qu’on appela le limogeage.
Je propose que la plaque soit retirée du collège Langevin, que Joffre disparaisse des rues à sa gloire et qu’elles soient remplacées par des noms

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|