“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

Le dessin

2 février
L'Humeur
  • Les mouches
  • 2 février 2017,
    par Guy Cure
  • Ainsi le choix pour l’élection présidentielle en France opposerait le réalisme et l’utopie, les gestionnaires contre les bisounours. Pas d’autre alternative non plus à l’échelle mondiale : c’est le marché qui fait la loi et ses serviteurs qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Cet âne qui commandait des lions
  • 2 février 2017,
    par Jean Lefevre
  • Une association romillonne veut ériger une statue à la gloire du maréchal Joffre, qui fut chef des armées en 14-18. On se demande ce qui pousse ces (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1428 > Soixante salariés restent à quai

Romilly - Transports Ruch

Soixante salariés restent à quai

jeudi 2 février 2017 , 254 : visites , par Joë Triché

La sentence est tombée début janvier : liquidation des transports Ruch, installés à Romilly depuis le 1er juillet 2013 dans des entrepôts flambant neuf.
Une soixantaine de salariés se retrouvent donc sur le carreau, dont une cinquantaine travaillant sur le site romillon. Quand la nouvelle est tombée, l’amertume, la colère et le sentiment d’avoir été floué se sont aussitôt exprimés parmi le personnel. On se souvient encore que, déjà, l’installation de cette entreprise à Romilly avait fait grand bruit. En effet, le déménagement de cette activité de transports, implantée auparavant à Ossey-Les-Trois-Maisons, avait fait réagir vigoureusement le maire de cette commune rurale, qui avait qualifié cette opération de « difficilement acceptable », la presse locale commentant, pour sa part, que « le rouleau compresseur romillon [avançait]... sans état d’âme ».
L’issue malheureuse qui en a suivi démontre toutes les limites de la politique du maire de Romilly en matière économique. Tout engager pour attirer des activités et des emplois sur son territoire, en dépouillant les communes environnantes, ne règle et ne réglera en rien le problème du chômage. N’a-t-il pas doublé à Romilly depuis 2008 ? Ce dossier traduit également une conception très particulière de la coopération intercommunale de l’équipe municipale romillonne. Pour elle, tous les moyens sont bons pour faire croire à une “métamorphose” de la seconde ville du département. Mais la population et les salariés ne sont pas dupes tellement la réalité s’inscrit en faux contre les discours de la majorité municipale sur une fin de crise dans le bassin d’emploi romillon.
JOË TRICHÉ

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|