“Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.” Bertolt Brecht

Le dessin

2 février
L'Humeur
  • Les mouches
  • 2 février 2017,
    par Guy Cure
  • Ainsi le choix pour l’élection présidentielle en France opposerait le réalisme et l’utopie, les gestionnaires contre les bisounours. Pas d’autre alternative non plus à l’échelle mondiale : c’est le marché qui fait la loi et ses serviteurs qui (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • Cet âne qui commandait des lions
  • 2 février 2017,
    par Jean Lefevre
  • Une association romillonne veut ériger une statue à la gloire du maréchal Joffre, qui fut chef des armées en 14-18. On se demande ce qui pousse ces (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Février > N1428 > Déclaration du comité exécutif national du PCF

Déclaration du comité exécutif national du PCF

jeudi 2 février 2017 , 186 : visites

À 83 jours du premier tour de l’élection présidentielle, les jeux ne sont pas faits. Le deuxième tour cauchemardesque entre François Fillon et Marine le Pen, que l’on nous promet depuis des mois, n’est plus une fatalité.
Une autre histoire peut sécrire. Les Françaises et les Français ont leur mot à dire, et ils le disent, déjouant tous les scénarios mis en place, refusant les impasses dans lesquelles certains s’acharnent à vouloir les enfermer .
Il y a quelques semaines, la primaire de « la droite et du centre » était présentée à longueur d’antennes, non pas comme devant désigner le candidat de droite, mais le futur président de la République. Mais aujourd’hui, François Fillon est sérieusement fragilisé et sa cote de popularité est en forte baisse : son programme ultra réactionnaire de régression sociale a provoqué prise de conscience et réactions face aux menaces qu’il fait peser sur des attentes essentielles des Françaises et des Français, notamment la possibilité de se soigner grâce à la Sécurité sociale, et de disposer de services publics performants.
Un doute profond, et sans nul doute durable, s’est aussi installé sur une des dimensions sur laquelle il voulait bâtir sa campagne, celui d’un homme intègre. Les Françaises et les Français ne veulent plus transiger avec l’éthique en politique et ils ont raison.
Le Front national cherche à profiter de cette situation en travestissant son programme sous un jour prétendument social et en se donnant une image d’intégrité alors qu’il ne cesse d’être impliqué dans « des affaires ». Cette double imposture peut être démasquée si la bataille des idées est menée dans les semaines à venir.
Rien n’est donc joué, mais rien n’est gagné. La victoire d’une politique de gauche reste à construire.
Le peuple de gauche refuse le découragement et la poursuite d’un quinquennat désastreux marqué par la soumission au monde de la finance. Les mobilisations sont nombreuses dans le pays contre les plans de licenciement, pour les services publics. Le peuple veut des suites politiques à sa mobilisation, singulièrement contre la déchéance de nationalité et contre la loi El Khomri.
Après avoir contraint François Hollande au renoncement, il vient dans la primaire socialiste de bouter hors de la présidentielle Manuel Valls. C’est un fait inédit : ni le Président de la République, ni son Premier ministre dont l’ambition commune était d’installer définitivement le PS dans le social-libéralisme ne seront candidats : le projet politique visant à marginaliser durablement toute ambition de transformation sociale est mis à mal et réouvre le débat à gauche : le PCF, qui y a contribué avec d’autres, s’en réjouit. Une nouvelle période de la campagne des élections présidentielle et législatives s’engage sous la pression croissante de millions d’électrices et d’électeurs qui cherchent un espoir à gauche.
Benoît Hamon désigné pour représenter le PS à la Présidentielle a appelé dimanche les autres candidats et forces de gauche « à construire ensemble une majorité gouvernementale cohérente et durable pour le progrès social, écologique et démocratique ».
Le Parti Communiste Français, engagé dans la campagne pour Jean-Luc Mélenchon, appelle à amplifier les efforts entrepris et à poursuivre le débat public autour de l’affirmation d’une politique de transformation et des convergences nouvelles pour la gagner.
Conformément aux initiatives qu’il prend depuis un an, il appelle à multiplier les initiatives pour permettre la victoire d’une gauche de progrès social et écologique et la constitution d’une majorité politique mettant en oeuvre une politique résolument à gauche.
Nous appelons à amplifier la campagne contre la droite et l’extrême droite, pour faire barrage à leur présence au deuxième tour de l’élection présidentielle, à leurs projets d’asservissement de la République, de division, d’exaspération de toutes les inégalités.
Nous appelons à amplifier la campagne pour démasquer Macron, dont le projet libéral a aujourd’hui le large soutien des milieux d’affaires et des banques. Nous appelons à amplifier la campagne de rassemblement engagée par les communistes autour des propositions de « La France en commun », dans l’élection présidentielle et dans toutes les circonscriptions en vue des élections législatives.
Les élections législatives sont plus que jamais une étape essentielle pour construire une majorité qui vote des lois, au nom et en faveur du peuple ! Nous n’avons pas besoin de député-e-s fillonistes pour sacrifier la Sécurité sociale, de député-e-s macronistes pour voter une nouvelle loi d’ubérisation du travail, de député-e-s lepénistes pour fouler aux pieds les valeurs de la République. Nous avons besoin de député- e-s communistes-Front de gauche, de député-e-s irréprochables au plan éthique, de député-e-s de gauche décidé-e-s à combattre le pouvoir de la finance et à écrire des lois d’intérêt général et d’émancipation humaine pour promouvoir une véritable alternative de progrès social.
Nous appelons toutes les forces de gauche à retrouver le chemin du dialogue, à débattre des projets et des contenus pour travailler au maximum de convergences permettant la construction d’un pacte de majorité.
Pour sa part, le PCF est prêt à toutes les rencontres utiles et met au pot commun du débat nécessaire à gauche ce qu’il considère être les grands axes et les propositions constitutifs d’une véritable politique de gauche. [...]
L’intégralité sur http://www.pcf.fr/96045
Paris, le 30 janvier 2017

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|