“Nous vivons une période où se cherchent les voies de nouvelles révolutions des rapports sociaux.” Pierre Laurent

L'Humeur
  • Bonnes solutions
  • 25 janvier 2017,
    par Guy Cure
  • En vieillissant, on comprend mieux comment fonctionne la société. Toute sa vie, on apprend, on fait le plein d’idées, mais en vieillissant… on les comprend. Que comprendre justement en ces périodes électorales ? À quel candidat se fier, ou se défier ? (...)

  • Lire la suite
Accueil > L’hebdo > 2017 > Janvier > N1427 > Bonnes solutions

Bonnes solutions

mercredi 25 janvier 2017 , 34 : visites , par Guy Cure

En vieillissant, on comprend mieux comment fonctionne la société. Toute sa vie, on apprend, on fait le plein d’idées, mais en vieillissant… on les comprend. Que comprendre justement en ces périodes électorales ? À quel candidat se fier, ou se défier ? Je comprends que la droite milite pour la diminution des impôts. Ce sont des imposteurs. Parce que ceux qui devraient payer plus, ce sont les riches. Je suis pour qu’on augmente les impôts, des riches en particulier.
Je comprends que le débat public/privé est un débat république contre capitalisme. Larcher du Sénat défend la privatisation avec l’idée que le privé gère beaucoup mieux. La sécu, il y a un trou énorme, dit-il, alors que les mutuelles privées, elles n’ont pas de déficit. Évidemment, elles ne gèrent que ce qui est rentable. Vous voyez l’énormité, la grossièreté des arguments. Je comprends pourquoi on nous serine qu’il faut « réduire les déficits  », et d’abord et seulement dans les dépenses publiques. Le privé veut prendre du public ce qui est rentable. Or, le secteur public c’est là où la république exerce ses droits et peut nous protéger. Le privé nous vole ce qui nous reste de citoyenneté. On n’a pas à faire des économies sur la santé, sur l’école... Ce sont des conquis indispensables car républicains.
Les élections proches font sortir du bois les discours et les tribuns. Un bon tribun ne fait pas forcément un Jacobin. Il n’y a de bonne solution que sortie des rues, pas des urnes.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|